Le retour de Florence Cassez mal engagé

JUSTICE Le cas de la Nordiste met en relief les difficultés des Français retenus hors de nos frontières...

Vincent Vantighem

— 

Nicolas Sarkozy et Felipe Calderon ont décidé lundi de confier à un groupe de juristes de leurs deux pays le soin de trouver une issue à l'épineux dossier Florence Cassez, cette Française condamnée par la justice mexicaine pour des faits de complicité d'enlèvement qu'elle nie.
Nicolas Sarkozy et Felipe Calderon ont décidé lundi de confier à un groupe de juristes de leurs deux pays le soin de trouver une issue à l'épineux dossier Florence Cassez, cette Française condamnée par la justice mexicaine pour des faits de complicité d'enlèvement qu'elle nie. — Alfredo Estrella AFP/Archives

«La commission bilatérale doit rendre ses conclusions dans trois semaines.» La déclaration de Nicolas Sarkozy date... de plus de cinq semaines. A Mexico, le président français évoquait le «possible transfèrement» de Florence Cassez, c'est-à-dire la possibilité de venir purger sa peine dans l'Hexagone. Condamnée à soixante ans de prison en appel, la Française de 34 ans espérait ainsi voir sa peine commuée en vingt ans de prison en France. Mais elle n'a toujours pas franchi les lourdes grilles bleues de la prison de Tepepan. Selon le gouvernement mexicain, la commission continue ses travaux. Mais les fuites pleuvent dans les médias locaux. Trois journaux ont déjà annoncé que cette commission s'apprêterait à rendre un avis négatif.

Saisir la cour de justice internationale

A trois mois des élections législatives mexicaines, le temps ne joue pas en la faveur de Florence Cassez. En baisse dans les sondages, Felipe Calderon, le président de droite, doit en effet composer avec une opinion publique persuadée de la culpabilité de la Française. L'opposition s'est donc engouffrée dans la brèche: les Verts ont même lancé une campagne d'affichage réclamant la peine de mort pour les kidnappeurs.

>>> Tous nos articles sur Florence Cassez

Frank Berton n'attendra pas. L'avocat de la Française s'est dit prêt à « demander à la France de saisir la Cour de justice internationale de La Haye pour non-application d'une convention internationale ». Signée par le Mexique, la convention de Strasbourg prévoit bien le transfèrement des détenus dans leur pays d'origine. « Il n'est pas question que Florence devienne l'otage de la politique intérieure mexicaine », conclut l'avocat. 

PRÉCÉDENTS

L’Arche de Zoé
En 2007, six membres de cette association ont été condamnés à huit ans de travaux forcés au Tchad pour avoir tenté d’enlever 103 enfants. Avant d’être graciés par le président tchadien, leur peine avait été commuée en huit ans de prison en France.

Bertrand Cantat Condamné à huit ans de prison en Lituanie pour le meurtre de Marie Trintignant, le chanteur de Noir Désir a purgé ses trois dernières années en France.

«Rainbow-Warrior» Condamnés à dix ans de prison en Nouvelle-Zélande pour l’attentat du navire de Greenpeace, les faux époux Turenge ont été transférés, quelques mois plus tard, sur un atoll polynésien. Ils sont finalement restés trois ans en résidence surveillée.