Blocage total des ports de Boulogne-sur-Mer, Calais et Dunkerque

PÊCHE e trafic transmanche est interrompu par des pêcheurs qui réclament une augmentation des quotas de pêche de cabillaud et de sole, et annoncent un mouvement dur...

Avec agence.

— 

Des pêcheurs bloquent partiellement les accès terrestres au port de Boulogne-sur-Mer, le 14 avril 2009 , pour protester contre la faiblesse des quotas de prises autorisées.
Des pêcheurs bloquent partiellement les accès terrestres au port de Boulogne-sur-Mer, le 14 avril 2009 , pour protester contre la faiblesse des quotas de prises autorisées. — AFP / MIKAEL TASSART

Les ports de Boulogne-sur-Mer, Calais (Pas-de-Calais) et Dunkerque (Nord) étaient totalement bloqués mardi par des pêcheurs. Le trafic maritime transmanche est interrompu, selon le Centre national d'information routière, qui recommande aux automobilistes d'éviter le secteur. Dans le couloir des ferries du port de Calais, une vingtaine de fileyeurs rangés en ligne bloquent le port et lancent des fusées de détresse. A Dunkerque, «trente bateaux bloquent le port Est de Dunkerque et dix le port Ouest», selon Philippe Nowé, représentant CGT des fileyeurs de Dunkerque. Il s'agit du deuxième port de France après Marseille, avec un trafic de 57,7 millions de tonnes.

Le mouvement pourrait s’étendre

Environ 110 bateaux, soit la quasi-totalité de la flotte artisanale de pêche de la zone, entrent dans ce mouvement. «Plus de 500 pêcheurs sont en grève, ce qui correspond à toute la flottille du Nord», selon Jacques Bigot, de la CFTC qui estime qu'ils «pourraient être rejoints d'ici quelque temps par les ports de Dieppe et du Havre, voire même Cherbourg».

Il estime que la faiblesse des quotas pour la pêche française est due «à une volonté politique de casser la pêche artisanale» au bénéfice de la filière d'aquaculture et des accords bilatéraux, notamment gaziers avec la Norvège. Depuis lundi soir, les pêcheurs ont commencé à bloquer la zone Capécure de transformation des produits de la mer de Boulogne-sur-Mer. «Nous lançons un mouvement dur, pour autant de temps qu'il le faudra, car notre pêche artisanale est en train de mourir alors que la ressource en poissons est abondante», a déclaré le responsable CGT Patrick Haezebrouck au nom de l’intersyndicale.

Une forte concentration de cabillauds depuis un an

Le ministère de la Pêche a indiqué mardi que les quotas de cabillaud avaient déjà été augmentés de 30% pour 2009. Les pêcheurs du nord de la France «ont un problème, ils ont trop de bateaux» pour les quotas autorisés, a-t-il ajouté, rappelant qu'il existe des mesures financières pour interrompre de façon ponctuelle ou définitive l'activité de pêche. Depuis l'année dernière, les côtes du nord de la France connaissent une forte concentration de cabillauds, explique-t-on au ministère de la Pêche qui précise que ce phénomène a lieu en général tous les dix ans.

Pour cette raison, le gouvernement français a demandé une augmentation des droits de pêche de 30% de cabillauds pour 2009 après avoir déja obtenu 25% de plus en juin 2009. «On ne peut pas autoriser à pêcher hors quotas, c'est de la pêche illégale», a-t-on précisé. Selon le ministère, les chalutiers ou les fileyeurs du Nord-Pas-de-Calais ont déjà dépassé leur quota du premier trimestre avant la fin mars et même pour certains les quotas qui courent jusqu'à fin juin (60%).

Les pêcheurs souhaitent rencontrer François Fillon et Michel Barnier, le Premier ministre et le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, afin de relever les quotas de pêche appliqués du cabillaud et de la sole.