Enlèvement d'enfant: «la signature par les deux parents peut envenimer leurs relations»

FAMILLE Alain Cazenave, de l'association «SOS papa» réagit à l'annonce de Nadine Morano...

Avec agence

— 

La secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano présentera mercredi au Conseil des ministres un projet de loi visant à accélérer les procédures de "délaissement parental", pour faciliter l'adoption des enfants placés en familles d'accueil, une réforme qui inquiète ATD-Quart monde.
La secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano présentera mercredi au Conseil des ministres un projet de loi visant à accélérer les procédures de "délaissement parental", pour faciliter l'adoption des enfants placés en familles d'accueil, une réforme qui inquiète ATD-Quart monde. — Gérard Cerles AFP

Alors que la mère de la petite Elise a finalement été interpellée dimanche, la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano annonce ce mardi dans «Le Parisien» que la signature des deux parents sera obligatoire pour une sortie de territoire ou pour l'obtention d'un passeport pour un enfant. Les deux parents devront être présents phsyquement le jour du dépôt du dossier de demande du passeport. Une mesure qui peut poser problème pour les couples bi-nationaux.

La mesure devrait figurer dans le projet de loi sur l'autorité parentale et doit être discuté à l'automne. «Ce n'est pas une mauvaise idée sur le principe», a réagi Alain Cazenave, président de l'association «SOS papa». «Mais la signature par les deux parents peut envenimer leurs relations et compliquer encore plus la situation», souligne-t-il.

De plus, dans le cas de couples bi-nationaux, «la mise en place de la double signature semble difficile», ajoute le président de «SOS papa».


«250 déplacements conflictuels d'enfants»

«Nous avons enregistré 250 déplacements conflictuels d'enfants l'année dernière, dont la grande majorité se termine bien, grâce à la médiation internationale et à la bonne volonté des parents», a précisé Nadine Morano.

Le 20 mars à Arles, Elise, une fillette franco-russe avait été enlevée (Bouches-du-Rhône) par deux hommes et une femme alors qu'elle revenait de l'école avec son père. Malgré le déclenchement du plan Alerte enlèvement et un avis de recherche d'Interpol, elle était restée introuvable.

Elise a retrouvé son père lundi en Hongrie où sa mère russe, Irina Belenkaya, avait été arrêtée la veille au soir alors qu'elle tentait de passer la frontière ukrainienne avec l'enfant.

Pas d'accord entre la Russie et la France

La Russie, qui représenterait une cinquantaine de cas d'enlèvements chaque année n'a pas conclu d'accord avec la France, selon «Le Parisien».

De source gouvernementale à Paris on indiquait lundi que «les autorités françaises, avec les autorités russes, vont s'efforcer dans les prochains jours, de trouver avec la famille une solution dans l'intérêt de l'enfant».

>> Notre dossier spécial sur l'enlèvement de la petite Elise, c'est par ici.