L'océan Indien n'est pas une partie de plaisance

Bastien Bonnefous

— 

Selon le ministère de la Défense, Florent Lemaçon est mort en protégeant sa femme et son fils avec un matelas. Les quatre otages français du Tanit, libérés vendredi par des commandos-marine, sont arrivés en France dimanche, mais le skipper de ce voilier de plaisance a été tué pendant l'assaut. Une enquête est en cours, mais Paris n'exclut pas que Florent Lemaçon, 28 ans, ait été touché par un tir français, lorsque l'offensive a été menée sur ce voilier de 12,5 m. Le skipper a été abattu lors d'un échange de tirs dans le carré du voilier, entre les militaires français arrivés à bord d'un canot pneumatique, et les preneurs d'otages.

Parti de Vannes fin juillet 2008, le Tanit avait été capturé le 4 avril dans le golfe d'Aden, à environ 640 km au large de Ras Hafun, base somalienne de plusieurs groupes de pirates écumant l'océan Indien. Ordre avait été donné aux commandos marine français d'empêcher le transport des otages à terre. Hervé Morin, ministre de la Défense, a indiqué que la France aurait même proposé une rançon aux pirates, pour que l'enfant de 3 ans, présent sur le voilier, et sa mère soient libérés.

Surtout, le ministère a appelé dimanche les Français à ne pas se rendre au large de la Somalie. « Ce n'est pas un hasard s'il y a 34 navires de guerre pour essayer de sécuriser cette zone où se trouvent 243 otages », a déclaré Hervé Morin. Les Français - Florent Lemaçon, sa famille, et un couple d'amis - naviguaient pour leur plaisir dans ces eaux. Dimanche, Francis Lemaçon, le père du skipper décédé, a rendu hommage aux militaires qui « ont risqué leur vie », et à son fils, « pacifiste » qui avait « choisi un mode de vie » marqué par le « rejet du confort » et le « goût de la liberté ». Patrick Marchesseau, capitaine du Ponant, trois-mâts de luxe qui avait lui aussi été attaqué au large de la Somalie en avril 2008, a considéré de son côté qu'il était « inconscient et irresponsable de naviguer dans cette zone avec un navire de plaisance et avec un enfant ». ■