Les états généraux de l'Outre-mer retardés

DOM Patrick Karam l'a annoncé ce vendredi alors que les collectifs ont l'intention de les boycotter...

J.M. avec agence

— 

L'accord signé compte 165 articles aussi bien sur le prix de la baguette, l'embauche d'enseignants ou l'octroi de billets d'avions à prix réduits. Il récapitule les avancées obtenues sur les 146 revendications initiales du LKP en faveur du pouvoir d'achat.
L'accord signé compte 165 articles aussi bien sur le prix de la baguette, l'embauche d'enseignants ou l'octroi de billets d'avions à prix réduits. Il récapitule les avancées obtenues sur les 146 revendications initiales du LKP en faveur du pouvoir d'achat. — Julien Tack AFP

Les états généraux de l'Outre-mer plongent en eau trouble. Le délégué interministériel Patrick Karam a annoncé ce vendredi leur report du 14 au 22 avril pour la partie métropolitaine. Un décalage sans incidence sur le calendrier dans les DOM qui n'a pas été justifié, alors que les organisations guadeloupéennes et martiniquaises ont annoncé leur intention de les boycotter.

Les négociations ne sont pas terminées

Après le LKP en Guadeloupe, c'est le Collectif du 5 février qui a annoncé jeudi en Martinique qu'il refusait de participer aux travaux. Selon l'un des porte-parole, Philippe Pierre-Charles, le «mandat du collectif» est de poursuivre les négociations qui ne sont pas terminées.

«C'est ça qui nous préoccupe et nous n'allons pas nous laisser distraire par une opération dont le résultat sera simplement que le gouvernement, après avoir mené sa consultation, va décider tout seul de ce qu'il a peut-être déjà décidé», a-t-il ajouté. Le Collectif a par ailleurs annoncé une mobilisation pour le vendredi 17 avril face aux lenteurs prises dans les négociations sur l'emploi.

Les sans-culotte du LKP

Côté guadeloupéen, le gouvernement a étendu à toutes les entreprises de l’île l'accord sur les salaires qui avait mis fin à la grève générale dans l'île, à l'exception toutefois de l'article 5 qui prévoyait «une augmentation générale des salaires au terme des trois ans de l'accord». Il mettait à la charge des employeurs ces 200 euros à l'issue des trois ans d'aide de l'Etat. Mais la décision du LKP de ne pas participer aux états généraux était déjà prise.

Le collectif guadeloupéen s'est par ailleurs donné des allures de sans-culotte en appelant à «la tenue d’une assemblée constituante du peuple guadeloupéen», selon le site «Mediapart». Le spectre des velléités indépendantistes de l'organisation ressurgit.

Calendrier
Une première phase des états généraux, marquée par des ateliers locaux, aura lieu du 15 avril au 15 mai.
Les travaux reprendront dans la semaine du 8 juin et la synthèse se fera au niveau national la dernière semaine de juin.