Jean Leonetti tente de désamorcer la polémique sur l'homoparentalité

FAMILLE Le député UMP dirige une mission sur le statut de beau-parent et s'attache à ne froisser ni Christine Boutin ni Nadine Morano...

Julien Ménielle

— 

La mission présidée par le député UMP Jean Leonetti, chargée d'évaluer la loi de 2005 sur la fin de vie, est arrivée au bout de ses travaux et remettra mardi au Premier ministre son rapport, dont on n'attend guère que des aménagements de la loi.
La mission présidée par le député UMP Jean Leonetti, chargée d'évaluer la loi de 2005 sur la fin de vie, est arrivée au bout de ses travaux et remettra mardi au Premier ministre son rapport, dont on n'attend guère que des aménagements de la loi. — Valery Hache AFP/Archives

C'est ce qui s'appelle ménager la chèvre et le chou. Le député UMP Jean Leonetti, nommé jeudi à la tête d'une mission chargée de plancher sur le statut de beau-parent, s'est attaché à désamorcer la polémique sur l'homoparentalité en prenant soin de ne froisser ni Christine Boutin, ni Nadine Morano.

Reprenant les termes de la ministre du Logement, opposée au projet, Jean Leonetti a estimé dans un entretien au «Figaro» qu'«il n'est pas pertinent d'aborder la question de l'homoparentalité de manière détournée. Ce thème mérite un débat à lui seul». Mais dans le même temps, le député a évoqué «un cas où un juge avait confié l'enfant d'une mère décédée à la compagne de cette dernière car le père n'était jamais présent», assurant ne pas être «choqué par ce type de décision». Selon lui, «mieux vaut que les juges tranchent au cas par cas, en fonction des liens affectifs existants. Je ne pense pas qu'il faille créer des droits spécifiques pour un type de population».

Pas question, donc, de désavouer la secrétaire d'Etat à la Famille. Jean Leonetti indique d'ailleurs que sa lettre de mission prévoit qu'il peut la solliciter dans le cadre de son travail. Il envisage par ailleurs d'auditionner «des pédopsychiatres et des juges aux affaires familiales». Et pour que tout le monde soit content, le député annonce qu'il souhaite aussi ouvrir les discussions «aux députés des autres familles politiques».