La direction de Continental Clairoix dément la suspension du plan social

INFO 20 MINUTES La décision du TGI de Compiègne concerne des décisions très techniques...

Julien Ménielle, avec Elisa Frisullo à Lyon
— 
La quasi-totalité des 1.120 salariés de Continental à Clairoix (Oise), qui ne décolèrent pas, ont manifesté mercredi à Paris contre la fermeture dans un an de leur usine de pneumatiques, mais sont restés sur leur faim après un rendez-vous à l'Elysée.
La quasi-totalité des 1.120 salariés de Continental à Clairoix (Oise), qui ne décolèrent pas, ont manifesté mercredi à Paris contre la fermeture dans un an de leur usine de pneumatiques, mais sont restés sur leur faim après un rendez-vous à l'Elysée. — Mehdi Fedouach AFP

La direction de Continental dément la suspension du plan social visant l'usine de Clairoix. Un porte-parole du groupe a assuré à 20minutes.fr que la décision rendue ce jeudi par le tribunal de grande instance de Compiègne concernait des dispositions purement techniques, mais en aucun cas la fermeture de l'usine.

Pas inscrit à l'ordre du jour

Un peu plus tôt, un représentant syndical confirmait pourtant que les salariés de Continental Clairoix venaient d’obtenir la suspension du plan social devant le tribunal de commerce suite à une erreur de procédure.

«Cela n'a pas été inscrit à l'ordre du jour du CE par la direction, qui l'a abordé dans les "divers"», expliquait Antonio Da Costa, de la CFTC, à 20minutes.fr. Plus tard, le syndicaliste reconnaissait sa méprise.

Les salariés ne comptent pas s'arrêter là

«C'est un sursis symbolique qui n'empêchera pas la fermeture de l'usine, affirmait-il cependant, mais tout ce qu'on peut faire, on le fera!» Une manière de dire que les salariés ne comptent pas s'arrêter là.

Le 23 avril, ils prendront le train tous ensemble. Direction Hanovre, où les attendront les salariés allemands pour «un rassemblement devant l'assemblée générale des actionnaires», annonce Antonio Da Costa.

Trois jours plus tôt, le tribunal des référés de Sarreguemines se sera prononcé sur la validité de la fermeture des usines Continental.