Vidéo d'une agression dans un bus: le policier suspendu

JUSTICE La RATP a porté plainte après la diffusion sur Internet d'une séquence montrant une violente agression dans un bus de nuit...

20minutes.fr

— 

Capture d'écran de la vidéo qui montre une supposée agression dans un bus de nuit de la RATP
Capture d'écran de la vidéo qui montre une supposée agression dans un bus de nuit de la RATP — DR

La sanction est tombée. Le fonctionnaire, entendu par la police des polices dans le cadre de l'enquête sur la fuite sur Internet de la vidéo d’une agression dans un bus de la RATP, a été suspendu jeudi en fin d'après-midi, selon la préfecture. ll comparaîtra prochainement devant le conseil de discipline.

L'homme, qui appartient au service régional de la police des transports (SRPT), avait été placé en garde vue mercredi matin à l’IGS, la police des polices. Une garde à vue qui s'était terminée mercredi après-midi.

«Il semblerait que ce fonctionnaire ait été en possession de la vidéo mais il assure qu'il ne les a pas envoyées aux sites qui l'ont diffusée», explique une source judiciaire, précisant que «les investigations se poursuivent».


Selon «Libération», il s’agit bien du jeune policier qui avait mis la vidéo sur son Facebook le 17 décembre et dont nous parlions mardi. Mais la préfecture de police refuse de communiquer l’identité de la personne.

Double enquête

Le «buzz» autour de la vidéo a ainsi des conséquences judiciaires majeures. Les images proviennent de la caméra de vidéosurveillance d'un bus de nuit Noctilien, qui traversait le XVIIe arrondissement de Paris le 7 décembre à 3h45 lorsque l'agression s'est produite.

Deux enquêtes ont été confiées à l’IGS: une enquête administrative pour sanctionner en interne le policier fautif et une enquête judiciaire suite à la plainte déposée par la RATP pour «détournement d'images» et «atteinte à l'image» de l'entreprise.

Pour Pierre Mongin, président de la RATP, «la diffusion sur Internet de la vidéo est un acte constitutif d’un délit.»

>> En raison de débordements systématiques, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Si vous avez des infos ou des témoignages intéressants, n'hésitez pas à nous les envoyer au 33320@ 20minutes.fr