Sans titre 318601

— 

« Hamid, un des compagnons sans papiers de la communauté, s'était fait arrêter lors d'un contrôle, en février. La police m'a convoqué et tout de suite placé en garde à vue, pour aide au séjour irrégulier. On m'a mis en cellule, photographié, pris mes empreintes. Puis on m'a demandé comment s'organise Emmaüs, d'où viennent nos fonds, et s'il y avait d'autres sans-papiers dans la communauté. J'ai refusé de donner leurs noms. La police m'a alors emmené au centre de Pointe-Rouge et a perquisitionné nos bureaux, en prenant tous les dossiers de compagnons dont les noms ont une consonance étrangère. Hamid a été expulsé très vite vers Oran. Je ne sais toujours pas si je vais être mis en examen, c'est une épée de Damoclès au-dessus de ma tête. » ■à Marseille, Frédéric Legrand