Tour d'horizon européen des bonnes pratiques

— 

De nombreuses mesures tout à fait innovantes existent à l'étranger. Le rapport les relève. Cas unique en Europe, en Belgique, un sans-abri qui trouve un logement a droit à une « prime d'installation ». Au Danemark, et sans doute bientôt aux Pays-Bas, il existe des « freak houses » depuis 1999. Comprendre des maisons atypiques pour existences atypiques. Les personnes incapables de vivre seules, même avec un soutien, sont logées dans de petites habitations mitoyennes avec des pièces communes et un « gardien social ». Elles paient un loyer équivalent à 20 % de l'aide sociale qu'elles touchent. L'objectif n'est pas forcément de réintégrer ces personnes dans la société, mais d'améliorer leur qualité de vie.

En Espagne, les associations organisent un « jour des sans-abri », en novembre, depuis plus de quinze ans. Au Portugal, il a été décidé en 2005 de laisser les stations de métro ouvertes à Lisbonne pour que les SDF puissent s'y reposer. Enfin en Italie, un « Guide Michelin de la pauvreté » établi par les associations recense les cantines, dortoirs, dispensaires et antennes d'écoute disponibles dans la ville de Rome.

Parallèlement, la France partage avec ses voisins certaines avancées. Ainsi les Pays-Bas tentent, comme la France, de reloger les sortants de prison, un droit opposable au logement identique au nôtre existe en Ecosse, et des « nuits des sans-abri » se déroulent à Athènes, comme à Paris, avec des participants invités à venir dormir sur une place du centre-ville. ■L. de C.