Le temps de parole de Sarkozy pourrait être compté

AUDIOVISUEL Le «rapporteur public» recommande d'annuler une décision du CSA qui refuse de restreindre ses interventions...

J.M. avec agence

— 

Nicolas Sarkozy a appelé mercredi soir à emprunter "le seul chemin qui vaille contre la crise", celui de "l'effort", de "la justice" et du "refus de la facilité" et des "erreurs du passé", lors d'un intervention télévisée à l'issue du sommet social.
Nicolas Sarkozy a appelé mercredi soir à emprunter "le seul chemin qui vaille contre la crise", celui de "l'effort", de "la justice" et du "refus de la facilité" et des "erreurs du passé", lors d'un intervention télévisée à l'issue du sommet social. — AFP

Le temps de parole de Nicolas Sarkozy dans les médias pourrait finir par être compté, au même titre que celui du gouvernement. Le «rapporteur public» (ex-commissaire du gouvernement) a recommandé ce vendredi au Conseil d'Etat d'annuler l'avis du CSA, qui s'était prononcé contre la requête de François Hollande. L'ancien patron du PS avait alors, à l'automne 2007, saisi le haut tribunal administratif.

Soutenu par le député PS Didier Mathus, François Hollande souhaite que la parole présidentielle soit incluse dans le calcul de la répartition en trois tiers -gouvernement/majorité/opposition- du temps de parole pour assurer le pluralisme sur les radio et télévisions. La décision finale du Conseil d'Etat est attendue sous quinzaine.