Compte à rebours pour le RSA

SOCIAL Les 123 caisses d'allocations familiales (CAF) de la métropole sont dans les starting-blocks...

Delphine Bancaud

— 

Les 123 caisses d'allocations familiales (CAF) de la métropole sont dans les starting-blocks. Car c'est le 5 juillet prochain qu'elles devront verser les premiers RSA (revenu de solidarité active) à leurs allocataires. Ce dispositif viendra se substituer aux minima sociaux existants (revenu minimum d'insertion et allocation parent isolé) et aux mesures d'intéressement de retour à l'emploi (prime de retour à l'emploi et prime forfaitaire de retour à l'emploi). Il concernera les personnes de plus de 25 ans (ou celles plus jeunes ayant un enfant né ou à naître) sans activité ou exerçant une activité professionnelle mais percevant de faibles revenus.

Son but ultime : «Faire en sorte que le retour à l'emploi soit toujours gagnant et réduire le nombre de travailleurs pauvres», a résumé hier Hervé Drouet, directeur général de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), qui estime déjà à 3,1 millions le nombre d'allocataires. Cette prestation sera calculée trimestriellement selon les ressources du bénéficiaire.

Pour éviter l'encombrement des CAF en juin et juillet prochain, le site Internet cnaf.fr propose depuis avant-hier aux internautes un test d'éligibilité leur permettant de savoir s'ils pourront ou non bénéficier du RSA. En cas de réponse positive, ils peuvent télécharger un dossier de demande afin de l'envoyer à leur CAF de rattachement.

Pour compléter le dispositif d'information, une plate-forme téléphonique accessible depuis hier au 3939 (coût d'un appel local) permet au grand public de poser ses questions sur le RSA. Enfin, un courrier d'information sur le RSA sera adressé aux 3,8 millions de foyers modestes (bénéficiaires du RMI, de l'allocation parent isolé ou d'aides au logement) devant toucher la semaine prochaine la prime de solidarité active de 200 euros prévue dans le plan de relance de décembre. Reste à espérer qu'ils saisiront la balle au bond.