«Auto-Plus» dénonce l'«incitation à faire du chiffre» dans la police et la gendarmerie

POLEMIQUE Le mensuel révèle l'existence de quotas et d'objectifs, documents officiels et témoignage à l'appui...

Julien Ménielle

— 

L'association "40 millions d'automobilistes" a déposé devant la Cour européenne des droits de l'Homme une plainte contre l'Etat français, qu'elle accuse de gestion abusive des PV, a-t-elle indiqué.
L'association "40 millions d'automobilistes" a déposé devant la Cour européenne des droits de l'Homme une plainte contre l'Etat français, qu'elle accuse de gestion abusive des PV, a-t-elle indiqué. — Georges Gobet AFP/Archives

Des quotas de PV, des objectifs en matière d'interpellations ou de constatations d'infractions. Le magazine «Auto Plus» paru mardi publie des documents de police ou de gendarmerie révélant cette «incitation à faire du chiffre». Des affirmations démenties par le ministère de l'Intérieur (voir encadré ci-dessous).

Le «timbre-amende» comme unité de mesure

Une note de service à en-tête de la circonscription de sécurité publique de Châlons-en-Champagne est reproduite. Elle fixe les objectifs annuels minimum de la brigade motorisée urbaine. L'unité de mesure est le «T.A.», c'est à dire le timbre-amende. Non-respect de stop, de feux rouges, excès de vitesse... Tout y est listé avec précision.

Dans un autre document, venant de Rennes, des «valeurs-cibles» sont indiquées, invitant les forces de l'ordre à faire mieux que l'année précédente. «Je compte sur votre implication personnelle afin que cette recherche de résultats et donc de performance (...) se traduise par une mobilisation des énergies de vos personnels», insiste l'auteur.

Un motard témoigne

Les personnels, justement, «craquent» selon le mensuel, qui donne l'exemple d'un motard en Ile-de-France qui témoigne anonymement. Le gendarme explique que «la pression est mise pour atteindre la moyenne de deux IGGA (infractions graves génératrices d'accidents, ndlr) par jour.»

Et si les objectifs ne sont pas atteints, la notation peut en pâtir. Et avec elle les chances d'avancement ou de mutation. Le temps de travail peut aussi s'en trouver allongé, selon le motard, qui dénonce une autre dérive: «dans le tableau, vous voyez également l'abréviation "ESI" pour "Etranger en situation irrégulière". Quel rapport avec la sécurité routière?»

Démenti
Le ministère de l'Intérieur a démenti ce mercredi que des quotas nationaux de procès-verbaux soient fixés aux forces de l'ordre. «Le seul objectif», selon le porte-parole Gérard Gachet, «c'est de faire diminuer le nombre de morts et de blessés, ce qui a été fait avec succès».
Il reconnaît cependant qu'il «peut exister localement des directives» de la hiérarchie «comme cela se pratique dans le privé». «Cela doit être fait avec discernement et bon sens», a précisé le porte-parole.