Un syndicaliste demande que son suicide soit considéré comme accident de travail

VIENNE Il travaillait dans une usine de porcelaine, et a laissé un courrier pour expliquer son geste...

J.M. avec agence

— 

Une pression professionnelle trop importante. C'est le motif évoqué par un délégué syndical pour expliquer son suicide, dans un courrier laissé dans le bureau de son local à Chauvigny (Vienne). Dans sa lettre, l'homme, marié et père d'une fille, demande pardon à sa famille et souhaite que son suicide soit considéré comme un accident du travail.

Une minute de silence a été observée en sa mémoire au Sénat, à la demande du groupe communiste. «Nous avons une pensée pour la famille et les proches de cette personne qui avait gravi tous les échelons professionnels et ceci ne laisse pas indifférent l'assemblée», a déclaré le président UMP du Sénat, Gérard Larcher.

Le corps de Philippe Widdershoven, 56 ans, employé de l'usine de porcelaine Deshoulières SA, a été retrouvé mardi dans l'étang de la commune de Morthemer par trois pêcheurs. «Nous sommes consternés. (...) Toutes nos pensées vont vers sa famille, ses proches»», a indiqué la direction qui a rencontré dans l’après-midi les représentants du personnel. L'usine, qui emploie 130 salariés, avait licencié 84 personnes en décembre dans le cadre d'une restructuration.