Le décret sur le statut des enseignants-chercheurs de nouveau amendé

UNIVERSITE Mais il ne convainc toujours pas Snesup-FSU, principal syndicat du supérieur...

Avec agence

— 

La ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, va rappeler en début de semaine prochaine aux présidents d'université l'obligation légale des grévistes de se déclarer comme tout fonctionnaire, de sorte que puissent être opérées les retenues de salaire normales, a-t-on appris samedi auprès du ministère.
La ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, va rappeler en début de semaine prochaine aux présidents d'université l'obligation légale des grévistes de se déclarer comme tout fonctionnaire, de sorte que puissent être opérées les retenues de salaire normales, a-t-on appris samedi auprès du ministère. — Boris Horvat AFP/Archives

Le projet gouvernemental modifiant le statut des enseignants-chercheurs a été à nouveau amendé dans la nuit de mardi à mercredi, après discussions entre Valérie Pécresse et plusieurs syndicats, mais le Snesup-FSU reste opposé au texte, ont indiqué des sources concordantes à l'AFP.

Des aménagements concernant notamment les promotions des universitaires et le paiement de leurs heures supplémentaires ont été entérinés après plus de treize heures de discussions au ministère de l'Enseignement supérieur, lors d'un comité consultatif sur le statut des enseignants-chercheurs.

Le Snesup bloque sur la modulation des services

Ces changements ont finalement amené le syndicat AutonomeSup à voter en faveur du nouveau texte, mais le Snesup, principal syndicat du supérieur, a quitté la séance avant la fin en raison de désaccords avec Valérie Pécresse sur la modulation des services des universitaires (cours, recherche et autres tâches).

En conséquence, «le Snesup appelle à intensifier les mobilisations de la communauté universitaire pour l'abandon du décret», selon un communiqué.

Selon le ministère, le nouveau texte «rappelle la double mission des enseignants-chercheurs» et «précise que le paiement des heures complémentaires se fera au-delà du service de référence». En outre, «l'équilibre des promotions à 50/50 entre niveaux local et national est inscrit dans le décret» et «tout enseignant-chercheur peut rejoindre une équipe de recherche autre que celle de son établissement».