L'État dépanne Heuliez sous conditions

— 

OK pour allonger, mais pas tout seul. L'Etat est prêt à investir 10 millions d'euros dans l'équipementier automobile Heuliez, menacé de cessation de paiement en avril, a fait savoir hier le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel. Une aide via le Fonds stratégique d'investissement (FSI), sous trois conditions : « Qu'il y ait un vrai projet industriel réaliste, qu'il y ait un tour de table financier, et que les actionnaires du groupe participent à ce tour de table. »

Pas question donc que l'Etat supporte seul les 45 millions d'euros nécessaires pour renflouer Heuliez. Selon Luc Chatel, la moitié de cette somme a déjà été trouvée, grâce à la participation du conseil régional de Poitou-Charentes et d'un fonds d'investissement. Aux actionnaires, actuels ou nouveaux, de fournir désormais l'autre moitié. Principalement visée, la famille Queveau, actionnaire majoritaire d'Heuliez. Luc Chatel doit se rendre aujourd'hui à Cerizay (Deux-Sèvres) pour présenter ce plan aux salariés de l'équipementier. ■