Les Don Quichotte en camp itinérant

Laure de Charette

— 

Les tentes rouges poussent à nouveau. Après un premier arrêt à Avignon et quatre jours sur le Vieux-Port de Marseille, Les Enfants de Don Quichotte s'apprêtent à poursuivre leur tour de France. Prochaine étape, demain : Lyon et sa place Bellecour, du moins si la police le veut bien (lire encadré).

« On s'installe trois jours, et on lève le camp éphémère. Ça se passe très bien. On touche non seulement les sans-abri, mais aussi les classes moyennes, les étudiants, les gens solidaires. On se joint aux assemblées générales dans les universités bloquées », explique Augustin Legrand, le charismatique leader des Don Quichotte, désormais bien installés dans le paysage associatif aux côtés d'institutions telles que la Fondation Abbé-Pierre ou le Secours catholique. Seulement, à Marseille, « aucun politique ne s'est déplacé », reconnaît-il. L'impact de cette nouvelle mobilisation pourrait de fait être limité si les élus locaux ne viennent pas se frotter aux tentes. « On commence par un mouvement doux, mais il va se durcir au fur et à mesure », promet Augustin Legrand. Après Lyon, les Don Quichotte rouleront avec leur camion chargé de tentes jusqu'à Montpellier, puis Paris. En espérant qu'au sommet de l'Etat, quelqu'un se penche sur leur mouvement. ■Rens. : www.lesenfantsdedonquichotte.com.