Un nouveau procès sous haute surveillance pour Antonio Ferrara

JUSTICE Le «roi de la belle» est jugé en appel à partir de mardi pour un braquage remontant à 2000...

J.M. avec agence

— 

Photo non datée du braqueur Antonio Ferrara, surnommé le «roi de la belle».
Photo non datée du braqueur Antonio Ferrara, surnommé le «roi de la belle». — AFP

Antonio Ferrara est de retour devant les juges. Trois mois après avoir été condamné pour sa spectaculaire évasion en 2003, le «roi de la belle» est attendu mardi devant les assises de l'Essonne pour son procès en appel dans l'affaire du braquage d'un fourgon de la Brink's fin 2000 à Gentilly (Val-de-Marne). Dès ce lundi, des mesures de sécurité exceptionnelles ont été mises en place autour du tribunal.

«C’est la première fois qu’un dispositif de cette ampleur est installé», a annoncé Jean-François Pascal, le procureur, dans «Le Parisien». A l'intérieur, une porte supplémentaire de détection des métaux a été installée, ainsi qu'un système pour visionner le contenu des sacs, identique à ceux utilisés dans les aéroports.

«Le Raid sera partout»

Interdiction de circuler et de stationner aux abords du tribunal, où une importante présence policière a été mise en place. «Le Raid sera partout», confie Jean-François Pascal au quotidien. Le trafic routier risque même d'être sévèrement perturbé lors du transfert d'Antonio Ferrara et de ses deux co-accusés, Joseph Menconi et Loïc Delière.

Les trois hommes, qui ont contesté les faits lors du premier procès, ont été condamnés à des peines de prison allant de 9 à 11 ans. Leur ADN avait été retrouvé sur les restes d'un repas, sur des armes et dans un casque de moto, dans le repaire des braqueurs à Paray-Vieille-Poste (Essonne).

Au cours du braquage, le 26 décembre 2000, une dizaine de malfaiteurs lourdement armés avaient ouvert le feu sur un véhicule blindé, avant de faire exploser une partie de sa carrosserie, pour s'emparer d'une dizaine de sacs d'espèces, et de prendre la fuite avec un butin de plus de 6 millions d'euros. L'attaque n'avait fait aucune victime. Le procès devrait durer jusqu'au 10 avril.