Bataille autour du préservatif à Notre-Dame

RELIGION Des militants d’Act-Up et du PCF se sont heurtés à de jeunes catholiques et des membres de l’extrême droite, ce dimanche midi au coeur de la capitale.

— 

Des militants d'Act-Up protestent contre les propos de Benoit XVI contre le préservatif, devant l'église Notre-dame de Paris, le 22 mars 2009.
Des militants d'Act-Up protestent contre les propos de Benoit XVI contre le préservatif, devant l'église Notre-dame de Paris, le 22 mars 2009. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Des militants de l'association de lutte contre le sida ont dénoncé dimanche les propos du pape Benoît XVI sur le préservatif et le sida en s'allongeant sur le parvis de Notre-Dame, à Paris, où ils ont été pris à partie par de jeunes catholiques, a constaté une journaliste de l'AFP.

Parallèlement, une distribution de préservatifs devant la cathédrale a donné lieu à une bousculade entre une trentaine de militants écologistes et communistes et une vingtaine de militants d'extrême droite, selon une source policière.

Act-Up contre les catholiques

Il est 12h30, quand la vingtaine de militants d'Act-Up Paris s’est allongée, à la sortie de la messe, sur le parvis de Notre-Dame. «La capote, c'est la vie, le pape l'interdit», «église complice du sida», scandent les manifestants de l'association brandissant une affichette à l'effigie du pape avec ces mots: «Ecoutez cet homme, soyez séropo.»

«C'est une action pacifique en écho aux propos de Benoît XVI, qui engagent la responsabilité de l'Eglise et qui arrivent au moment où on a tant de mal à avoir un discours construit sur la prévention du sida», explique alors Michaël Quilliou, secrétaire général d'Act-Up Paris. «Aujourd'hui, le sida fait 8.000 morts par jour et le préservatif est le seul moyen de se protéger du sida», rappelle de son côté Eric Marty, un responsable de l'association.

Extrême droite contre PCF

Une démonstration peu appréciée des jeunes catholiques sortant de la messe. Plusieurs dizaines d’entre eux se ruent alors vers les manifestants, en criant «Act-up assassin», chantant des cantiques en latin et jetant des oeufs et de l’eau (bénite ?). Seul un cordon de policiers parvient à séparer les militants des croyants.

Auparavant, les élus communistes au Conseil de Paris et la fédération PCF de la capitale avaient de leur côté organisé, peu avant midi, une distribution de préservatifs sur le parvis de la cathédrale. Une bousculade avait alors opposé une trentaine de militants écologistes et communistes à une vingtaine de militants d'extrême droite, selon la police. Une personne a été légèrement blessée et la police a procédé à trois interpellations, a indiqué la préfecture de police.