Dépistage massif dans un lycée de Bobigny après la découverte de deux nouveaux cas de tuberculose

SANTE Ce n'est pas une épidémie, c'est même presque la routine...

Julien Ménielle

— 

Huit cents personnes à dépister. C'est le travail de titan qui attend les équipes du conseil général de Seine-Saint-Denis, après la découverte de deux nouveaux cas de tuberculose au lycée André Sabatier de Bobigny. Les deux élèves malades se trouvaient dans la même classe qu'une première jeune fille, dont le cas avait été détecté il y a une quinzaine de jours, déclenchant une première vague de dépistage.
 
A ces trois personnes touchées, s’ajoutent dix autres, porteuses d'une infection tuberculeuse latente (ITL), qui bénéficient déjà toutes d'un traitement. «Ce n'est ni une épidémie, ni une situation exceptionnelle», s'empresse d'assurer le chef du service Prévention et actions sanitaires du conseil général de Seine-Saint-Denis. Contacté par 20minutes.fr, Christophe Debeugny explique en effet que chaque jour, «deux ou trois cas sont signalés dans le département».
 
«On ne trouve que quand on cherche»

C'est en Seine-Saint-Denis que sont découverts, chaque année, le plus grand nombre de cas de tuberculose. «Une bonne nouvelle, ou presque», pour Christophe Debeugny, qui explique qu'«on ne trouve que quand on cherche» et que chaque cas découvert peut ainsi être soigné, dans l’intérêt de la personne et celui de la communauté.
 
«Sous traitement, les malades ne sont plus contagieux au bout de quelques jours», précise Christophe Debeugny. Comme les trois lycéens de Bobigny. Pour leurs camarades de classes, porteurs d'une ITL, la médication permettra «d'éviter qu'environ un sur dix ne développe la maladie». Reste à savoir combien d'autre cas seront découverts lors du prochain dépistage, prévu d'ici fin mars.

>>> L'actu se construit avec vous. Vous êtes au lycée André Sabatier? Envoyez vos photos et vos témoignages par MMS au 33320 ou par mail au 33320 @ 20minutes.fr. N'oubliez pas d'ajouter votre nom et le lieu de la prise de l'image.