Eric Besson assure qu'il ne veut pas «recréer Sangatte»

IMMIGRATION La Grande-Bretagne avait annoncé qu'un nouveau camp de détention pourrait ouvrir aux environs de Calais...

Avec agence

— 

Le ministre de l'Immigration Eric Besson a présenté jeudi la circulaire mettant en place, dans les pays de résidence des candidats à l'immigration vers la France, les tests et la formation "au français et aux valeurs de la République".
Le ministre de l'Immigration Eric Besson a présenté jeudi la circulaire mettant en place, dans les pays de résidence des candidats à l'immigration vers la France, les tests et la formation "au français et aux valeurs de la République". — Shaun Curry AFP

Le ministre de l'Immigration Eric Besson a démenti mardi soir l'ouverture d'un nouveau centre de détention pour migrants dans les environs de Calais, dans l'émission de Karl Zéro sur BFMTV.

«Il n'est pas question de recréer Sangatte (ndlr: fermé en 2002). Ce serait une erreur dramatique pour les personnes concernées elles-mêmes, ce serait une erreur dans la gestion des flux migratoires avec le Royaume-Uni, ça nous mettrait de nouveau dans une situation inextricable», a affirmé M.Besson.

Plus tôt mardi, le ministre britannique de l'Immigration Phil Woolas avait annoncé que Londres était en négociations avec Paris pour établir un nouveau camp de détention dans les environs de Calais pour les migrants tentant de se rendre illégalement en Grande-Bretagne. Une annonce qui avait surpris puisqu'il n'existe aucun «camp» de détention près de Calais, mais juste un centre de rétention administrative.

Pas de nouvelles places d'hébergement

«En revanche», a ajouté le ministre français, «on cherche à trouver avec les associations les moyens de mieux gérer humainement les femmes et les hommes concernés, surtout les hommes d'ailleurs, car il y a très peu de femmes», a-t-il précisé.

Besson a également estimé qu'il n'était pas nécéssaire d'augmenter le nombre de places d'hébergement comme le réclame l'association France Terre d'Asile. «Des places d'hébergement, l'Etat en propose à quelques kilomètres de Calais tous les soirs, quasiment tous les soirs elles sont vides», a-t-il expliqué.