dans la rue, mobilisation et guerre de mouvement

— 

Sarkozy : test n° 2. Nouvelle journée de grèves et de manifestations sur l'emploi et les salaires demain. Objectif : faire mieux que le 29 janvier qui avait réuni entre 1 million et 2,5 millions de manifestants. Demain, les syndicats prévoient déjà 213 cortèges dans le pays (dix-huit de plus qu'il y a six semaines) et prédisent une mobilisation plus forte, gonflée par les salariés du privé, frappés chaque semaine par des plans sociaux ou des fermetures d'usines. Sans oublier la récente combativité payante des chercheurs et des Antillais, qui pourrait motiver les esprits. En face, Nicolas Sarkozy et le gouvernement ont déjà prévenu : pas question de revenir sur les réformes. Ni « rallonge budgétaire », déficit public oblige, ni abandon du bouclier fiscal. Une intransigeance risquée alors que l'opinion défend à 74 % la grève, et juge à 62 % mauvaise l'actuelle politique économique. Mars, mois de la guerre sociale ? ■