La Sorbonne bloquée contre la réforme des universités

EDUCATION Enseignants, étudiants et personnels ont décidé en assemblée générale d’édifier des barrages...

Julien Ménielle

— 

La plupart des cours étaient suspendus lundi à l'université de Paris IV Sorbonne, après la tenue d'une assemblée générale qui a voté le blocage de l'université, a-t-on appris de sources concordantes. Vendredi, Paris-IV avait connu une situation similaire.
La plupart des cours étaient suspendus lundi à l'université de Paris IV Sorbonne, après la tenue d'une assemblée générale qui a voté le blocage de l'université, a-t-on appris de sources concordantes. Vendredi, Paris-IV avait connu une situation similaire. — Lionel Bonaventure AFP

Aucun cours, ce lundi, à la Sorbonne. «Le blocage total de l'université a été voté ce matin au cours d'une assemblée générale», a expliqué à 20minutes.fr la porte-parole de l'établissement. Selon elle, l'accès aux salles de cours a été immédiatement empêché, des chaises formant des barrages. Le blocage se poursuivait «dans le calme», ce lundi après-midi.

La masterisation au coeur des débats

«Un important dispositif de sécurité» a cependant été mis en place aux abords de l'université Paris IV. Mais selon la porte-parole, «enseignants, étudiants et personnels sont tous conscients qu'il faut éviter les débordements». Tous les cours ont été suspendus, sauf ceux préparant au CAPES et à l’agrégation.

«Nous ne constatons aucune avancée sur la masterisation», justifie Maxime Lonlas, responsable de l'Association générale des étudiants de Paris IV et vice-président du Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) à la Sorbonne. Selon lui, la question de la formation a été soulevée dès le début du mouvement, mais a été eclipsé par le statut des enseignants-chercheurs. «Le retrait du texte concernant la masterisation est donc un préalable à toute négociation», assure-t-il.

Radicalisation du mouvement

Paris IV avait connu une situation similaire vendredi, les étudiants souhaitant protester contre la réforme de la formation des enseignants. La coordination nationale étudiante réunie ce week-end à Toulouse a appelé à une radicalisation du mouvement de protestation dans les universités.

«Des actions coups de poing sont prévues jusqu'aux manifestations du 11 et du 19 mars», confirme la porte-parole de la Sorbonne. En attendant, une nouvelle assemblée générale se tiendra mardi midi, pour décider de la poursuite ou de la levée du blocage.