Un véritable arsenal retrouvé chez le forcené abattu dans le 13e arrondissement

PARIS L'homme, suivi pour «troubles mentaux», avait tiré sur un passant dans la rue avant de prendre sa propre mère en otage...

MD et Carole Bianchi

— 

Des policiers de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) marchent dans la rue le 09 mars 2009 à Paris, après leur intervention dans un immeuble au 51 de la rue Auguste Blanqui (XIII), où un homme armé s'était retranché dans son appartement aprés avoir blessé par balles un homme sur la voie publique à la hauteur du métro Corvisart. 
Des policiers de la brigade de recherche et d'intervention (BRI) marchent dans la rue le 09 mars 2009 à Paris, après leur intervention dans un immeuble au 51 de la rue Auguste Blanqui (XIII), où un homme armé s'était retranché dans son appartement aprés avoir blessé par balles un homme sur la voie publique à la hauteur du métro Corvisart.  — L. BONAVENTURE/AFP

Un véritable arsenal, c'est ce qui a été découvert chez le forcené abattu ce lundi par la police dans le 13e arrondissement de Paris. Après avoir tiré sur un passant puis pris sa propre mère en otage dans la matinée, l'homme s'était retrouvé nez à nez avec la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) qui s'apprêtait à donner l'assaut dans le couloir de l'immeuble. Des coups de feu auraient alors été échangés et l'homme serait mort quelques minutes après l'échange de tirs.

Une source proche du dossier a dressé l'inventaire du matériel retrouvé dans l'appartement que l'homme occupait avec sa mère. «Quatre fusils, six armes de poing, une centaine de boîtes de munitions et des couteaux de chasse», egrenne-t-elle. De même source, le forcené aurait été suivi pour «troubles mentaux» mais aurait «arrêté son traitement».

Un peu plus tôt, Henri Bontempelli, du syndicat de police Alliance annonçait à 20 Minutes qu'une grenade avait été retrouvée dans l'appartement où s'était retranché l'homme. Il s'avère que celle-ci appartiendrait en fait à la BRI. De même source, l'homme possédait deux armes: un 357 Magnum et un 22 long rifle, pour lesquelles il détenait les autorisations nécessaires. Une autopsie doit avoir lieu mardi afin de déterminer si l'homme est bien mort sous les balles des policiers.

«Des snipers sur les toits»

Dans la matinée, il avait ouvert le feu boulevard Blanqui blessant un passant. La victime, un habitant du 13e âgé de 44 ans, a été évacuée vers l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Après une intervention chirurgicale, son état n'était pas inquiétant dans l'après-midi. Camille, une étudiante en BTS dans un lycée situé non loin de l'immeuble où se trouvait le forcené, a vu la station de métro être évacuée vers 8h40. Un homme blessé se trouvait allongé sur le sol, a-t-elle précisé à notre envoyée spéciale.

«On a vu des snipers sur les toits, c'était comme dans une série télé», ont raconté des élèves du lycée Le Rebours à 20 Minutes. Ils ont également expliqué qu'ils avaient été bloqués à l'intérieur de l'établissement pendant l'intervention. «Je suis arrivé à la station Corvisart vers 08h52, et j'ai été étonné de voir que des agents RATP empêchaient des utilisateurs de rentrer dans la station. Quelques policiers se trouvaient déjà sur place, et leurs regards étaient braqués vers le haut», témoigne un de nos internautes, également élève au lycée. «Nous avons ensuite eu cours comme d'habitude jusqu'à midi, heure de déjeuner. Là, les surveillants nous ont empêché de sortir car tout le boulevard était bouclé», poursuit-il. «Nous avons été bloqués jusqu'à environ 12h44, heure à laquelle nous avons appris que le tireur était mort, et qu'enfin nous pouvions sortir.»

Il prend sa mère en otage

Retrouvé grâce aux signalements des témoins, l'homme, âgé de 45 ans, et dont on ignore l'identité pour le moment, avait pris sa mère en otage un peu plus tôt dans la matinée «mais celle-ci a été libérée», a précisé la préfecture de police, jointe par téléphone. Une intervention des forces de l'ordre a eu lieu pour tenter d'immobiliser le tireur. Un des policiers de la BRI a été blessé à la main par le forcené, a indiqué la préfecture. Les agents de la BRI commençaient à quitter l'immeuble vers 13 heures.

Selon des témoins, le tireur s'était retranché dans l'appartement avant de réapparaitre, toujours armé, à la fenêtre. Les forces de l'ordre, arrivées rapidement sur place, avaient fermé le boulevard et la ligne 6 du métro, aérienne à cet endroit. La station de métro est désormais rouverte, de même que la circulation dans les deux sens sur le boulevard, selon notre envoyée spéciale.

>> Vous étiez sur place? Laissez-nous votre témoignage et envoyez-nous vos photos par téléphone au 33320 ou par email à 33320 @ 20minutes.fr.