Jean Sarkozy encore à la barre

— 

Il y en a un qui ne lâche pas le morceau. La cour d'appel de Paris a examiné hier l'action engagée par un automobiliste contre Jean Sarkozy, qu'il accuse de l'avoir percuté à scooter en 2005. Le juge a mis sa décision en délibéré au 9 avril.

En première instance, le fils du Président avait été relaxé, les juges estimant que rien ne prouvait qu'il avait pris la fuite. Ironie du sort, la partie civile, M'Hamed Bellouti, avait même été condamnée pour « procédure abusive » à verser 2 000 euros de dommages et intérêts à Jean Sarkozy. « Outré par les termes du jugement », il avait interjeté appel.

Si la partie civile réclame des dommages et intérêts, la défense a demandé à la cour de confirmer le jugement et réclamé 4 000 euros de dommages et intérêts, que son client s'est engagé à reverser à une oeuvre charitable. Afin de soutenir financièrement M'Hamed Bellouti dans son combat judiciaire, des internautes ont créé un comité. A ce jour, plus de 7 000 euros de dons ont été récoltés. ■