Réforme territoriale: le projet de Grand Paris est reporté

POLITIQUE Nicolas Sarkozy veut prendre le temps de la réflexion après les propositions du comité Balladur...

V.G. (avec agence)

— 

Comme l'a précisé Edouard Balladur devant la presse, ce nouveau "round" de concertation impliquera étroitement le gouvernement, le Parlement et "l'ensemble des forces politiques". Objectif: déposer "une sorte de loi d'orientation" à la session d'automne.
Comme l'a précisé Edouard Balladur devant la presse, ce nouveau "round" de concertation impliquera étroitement le gouvernement, le Parlement et "l'ensemble des forces politiques". Objectif: déposer "une sorte de loi d'orientation" à la session d'automne. — Jacques Brinon AFP

Si Nicolas Sarkozy souhaite un projet de loi à l'automne pour formaliser les propositions du comité Balladur sur la réforme des collectivités locales, le débat sur le Grand Paris (fusion de la capitale et des trois départements qui l'entourent) est lui encore repoussé. Il faut «plus de temps» pour réfléchir à son organisation, a observé le Président.

Avant de trancher, Nicolas Sarkozy attend les propositions, en matière d'aménagement et d'infrastructures, de Christian Blanc, nommé il y a un an secrétaire d'Etat chargé du développement de la région capitale. De même pour celles des archictectes et urbanistes qu'il a appelés il y a neuf mois à penser un «projet d'exception pour l'aménagement de la capitale française». Ces équipes internationales, au nombre de dix, doivent présenter leurs travaux lors d'un «grand oral» le 12 mars.

Huchon saute sur l'occasion

Au moment où le président annonçait sa décision sur le Grand Paris, au nom du département des Hauts-de-Seine, son président UMP Patrick Devedjian et Jean Sarkozy, fils du chef de l'Etat, exprimaient par communiqué leur «intérêt» pour le projet concurrent de syndicat mixte Paris-Métropole, initié par le maire PS de la capitale Bertrand Delanoë.

Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France, très hostile au projet de Grand Paris, a réagi très vite à l'annonce du report de ce dernier: «Il est maintenant clair que le rapport Balladur est inapplicable en l'état parce que brutal, compliqué, décalé face aux réalités de la région parisienne et n'apportant pas de réelles améliorations tangibles aux enjeux de la métropole: logement, transports, emploi, inégalités sociales et territoriales», affirme-t-il dans un communiqué.