Dylan, 7 ans, était séquestré dans une chambre-prison depuis plusieurs années

DRAME Ses parents ont été mis en examen et écroués à Millau (Aveyron)...

Avec agence

— 

Reproduction d'une photo remise par le parquet de Millau, le 5 mars 2009, de la chambre où un couple enfermait leur fils de 7 ans.
Reproduction d'une photo remise par le parquet de Millau, le 5 mars 2009, de la chambre où un couple enfermait leur fils de 7 ans. — AFP

«Le petit garçon était enfermé depuis plusieurs années dans une pièce qui ne comportait qu'un matelas imbibé d'urine avec un sommier, sans jouets ni meubles». La terrible description du seul horizon de Dylan, 7 ans, maltraité par ses parents au domicile familial de Millau, est celle du procureur de la ville, Patrick Desjardins.

«Cette chambre ne pouvait être éclairée et verrouillée que de l'extérieur. Les volets étaient constamment fermés. Ce petit garçon vivait dans des conditions pires que dans une cellule de prison, et ce depuis plusieurs années», a ajouté le Procureur.«Le dénuement total de ce petit garçon a atteint un point extrêmement rare et grave».

Un sommier, un matelas imbibé d'urine, une couverture marron, un couvre-lit usagé, un bureau abîmé, une table à repasser branlante, du parquet et des murs nus: l'espace vitale de Dylan était réduit à ça.

Gravement, Patrick Desjardins a confirmé l’information de «La Dépêche du Midi», qui a révélé la garde-à-vue d’un couple de Millavois au commissariat de la ville depuis mardi.

Enfermé car «difficile», selon les parents

L’homme de 42 ans et la femme de 35 ans ont reconnu les faits et ont expliqué aux enquêteurs qu'ils avaient enfermé leur fils car il était «difficile». Le père, maçon, a admis avoir frappé le petit garçon tandis que la mère au foyer se contentait d'assister aux coups.

Le couple a été mis en examen jeudi dans l'après-midi pour «privations de soins par ascendant», «abandon moral ou matériel d'un mineur» et «non respect d'obligation scolaire». Le père est également poursuivi pour «violences habituelles sur mineur de moins de 15 ans» et la mère pour non-empêchement de ce délit. Ils ont été écroués.

Les services sociaux avaient commencé à s'intéresser à ce couple, vivant dans le pavillon d'un quartier résidentiel sur les hauteurs de Millau, lors de la naissance de leur deuxième petit garçon en octobre 2007. Un signalement avait été effectué auprès de la juge pour enfants de Rodez, qui avait à son tour diligenté une enquête auprès du parquet de Millau et des services sociaux. Le père «a fait son possible pour élever son fils hyperactif», a déclaré son avocat, Me Christophe Bringer, qui pointe un manque d'aide. «Ce couple avait besoin d'aide et aurait dû en avoir. Ce qui n'a pas été le cas», a-t-il dit.

Des investigations et le refus des parents de se rendre aux convocations ont conduit les policiers à intervenir au domicile du couple, dans le centre-ville de la sous-préfecture aveyronnaise. Ils ont découvert un «enfant très affaibli physiquement, manifestement intelligent mais sans aucune éducation», selon le procureur.

Son petit frère de 14 mois ne semble pas avoir été maltraité

Le petit garçon, déclaré à la naissance, n'avait jamais été scolarisé. Il n'était pas dissimulé à proprement parler, il sortait de temps à autre.

L'enquête pour maltraitance évidentes liées à des négligences et déficiences éducatives se poursuit. Elle viendra déterminer d'éventuelles violences physiques. «De fortes suspicions existent» sur ce point.

Les deux enfants ont été placés en famille d'accueil. Le petit martyr fait l'objet d'examens médicaux complémentaires. Son frère ne semble pas avoir été maltraité, selon les premiers éléments de l'enquête.

A 13 ans d'intervalle, cette histoire rappelle le calvaire du petit Johnny, enfant martyr de Mesnil-en-Xaintois, dans les Vosges.