Le compte de Nicolas Sarkozy piraté via son abonnement à Canal+

ESCROQUERIE Les arnaqueurs se procuraient les relevés d'identité bancaire (RIB) grâce à un complice dans l'entreprise gérant les abonnements de la chaîne privée...

M.Gr.

— 

"Big up les Français !" Nicolas Sarkozy, façon nouveau riche fêtard, interpelle les passants sur la Croisette: les Guignols font leur show à Cannes, où Canal+ impose sa domination dans la couverture télévisée du Festival.
"Big up les Français !" Nicolas Sarkozy, façon nouveau riche fêtard, interpelle les passants sur la Croisette: les Guignols font leur show à Cannes, où Canal+ impose sa domination dans la couverture télévisée du Festival. — Anne-Christine Poujoulat AFP

Nicolas Sarkozy a été légèrement escroqué parce qu'il aime regarder Jour du Foot et l'Equipe du Dimanche. L’affaire du piratage du compte bancaire, révélé fin septembre, a suivi une voie sinueuse, entre incroyable histoire de malchance et soupçons de complot politique.

D'un côté, le hasard le plus pur, trois arnaqueurs à la petite semaine, un couple de Sénégalais de Mantes-la-Jolie et l’employée d’une boutique Orange de Rouen, qui ouvrent des lignes téléphoniques sur le compte de particuliers et se font facturer des abonnements dont ils ne savent rien. Ils ouvrent près de 150 lignes et prélèvent plus de 50 comptes. Manque de bol, les trois pirates débitent 170 euros sur le compte personnel de Nicolas Sarkozy à la Société générale de Neuilly-sur-Seine et déclenchent le barnum policier et médiatique.

De l'autre, l'ombre de la vendetta politique et l'attaque personnelle, qui se profile quand les enquêteurs découvrent que Paul Sarkozy de Nagy-Bocsa, le père du Président, et Marie-Dominique Culioli, sa première femme, ont été victimes des mêmes faits.

Un complice à Teleperformance

Et bien tout part en fait d'une histoire de décodeur et de facture, révèle Médiapart ce jeudi. Les «fuites» sur les coordonnées bancaires confidentielles venaient d'un employé de la société Teleperformance, spécialisée dans le marketing, l'assistance téléphonique et le recouvrement de créances. C'est là que Canal+ sous-traite la gestion de ses abonnements, l'employé avait accès à de grandes bases de données.

Interpellé la semaine dernière, l'employé sénégalais de Teleperformance a reconnu les faits en garde-à-vue puis devant la juge d'instruction. Il a été mis en examen le vendredi 27 février pour «escroquerie en bande organisée». Il a donc admis avoir transmis les relevés d'identité bancaires de neuf abonnés de Canal+, dont le Nicolas Sarkozy, son père et la première femme de celui-ci, tous trois fondus des séances box office de la chaîne cryptée, les complices se chargeant du reste de l'escroquerie.
 
Reste un dernier mystère. Pourquoi le faux nom utilisé pour ouvrir un abonnement téléphonique sur le compte du chef de l’Etat était-il Nicolas Mendy, ce qui sonne comme Sarkozy et a beaucoup intrigué les enquêteurs? C'est peut-être la blague subtile d’un fana du PSG et de Jour de Foot.

Comme Nicolas Sarkozy.

CHAINE CRYPTEE - Canal+ tient à préciser «que l'entreprise à qui il avait sous traité certaines tâches administratives et dont le collaborateur a commis un acte d'escroquerie à l'égard de Nicolas Sarkozy ne travaille plus pour Canal+ depuis plusieurs mois.» Et la chaîne va se constituer partie civile dans cette procédure.