Une enquête sur les produits alimentaires périmés dans les magasins de déstockage

CONSOMMATION Ces magasins s'implantent surtout dans les banlieues défavorisées...

Avec agence

— 

Manger moins cher, mais pas à n'importe quel prix. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) lance une enquête sur les pratiques des «déstockeurs alimentaires», annonce son porte-parole Jean-Luc Ambroise dans «Le Parisien» de jeudi.

«Nous ne voulons pas blâmer toute une profession. Mais nous avons des informations qui remontent du terrain vers nos inspecteurs justifiant une enquête sur les produits alimentaires périmés dans ces magasins», affirme-t-il au quotidien.

«Opérations d'étiquetage et de réétiquetage»

Les inspecteurs de la répression des fraudes s'intéresseront notamment «aux opérations d'étiquetage et de réétiquetage de date limite de péremption, notamment sur des produits d'importation», précise-t-il.

Le porte-parole rappelle que les magasins ont le droit de vendre des produits ayant dépassé la date limite d'utilisation optimale (DLUO), mais pas la date limite de consommation (DLC).

Selon Jean-Luc Ambroise, les magasins de déstockage alimentaire, qui vendent des stocks de fabricants invendus, s'implantent surtout dans les banlieues défavorisées, et «c'est là que des manquements (...) ont été signalés» à la DGCCRF.

Débat: Que pensez-vous de cette pratique? Allez-vous dans ces magasins de déstockage alimentaire? Dites-le nous ci-dessous...