La grève continue en Martinique malgré la signature d'un accord sur les salaires

ANTILLES le patronat et le «Collectif du 5 février» annoncent la mise en place d'une commission qui devraient proposer 200 euros d'augmentation nets...

— 

Les négociations pour sortir du blocage en Guadeloupe et en Martinique sont apparues au point mort jeudi, tandis qu'à la Réunion, un Collectif appelait à son tour à la grève générale.
Les négociations pour sortir du blocage en Guadeloupe et en Martinique sont apparues au point mort jeudi, tandis qu'à la Réunion, un Collectif appelait à son tour à la grève générale. — Thomas Coex AFP
C'est un premier pas, mais pas la fin de la grève. Un accord cadre sur les salaires a été signé ce mardi matin en Martinique. Il annonce la mise en place d'«une commission de travail sur les salaires», a annoncé à la presse le président de «Collectif du 5 février» Michel Monrose, lors de la lecture d'une déclaration commune aux 13 syndicats.

Selon le patronat et le collectif, une augmentation de 200 euros nets mensuels à compter du 1er mars 2009 pour les salaires jusqu'à 1,4 smic est envisagée. Cependant, le mouvement intersyndical «reste mobilisé jusqu'à l'aboutissement des négociations» et «lance un appel à la population pour qu'elle reste mobilisée», entraînant de facto la poursuite de la grève générale.

Attentifs sur les prix

Le Collectif, qui lundi avait lié un accord sur les salaires à un accord sur les prix, déclare également «rester attentif à la commission sur les prix» chargée de passer au peigne fin cent «familles» de produits pour déterminer ceux qui feront l'objet d'une baisse.

Certaines organisations syndicales, comme pour la CGTM et FO, n'ont toutefois pas paraphé le document pour cause d'absence ou parce qu'elles souhaitent consulter leur base.

De son côté, le président du Medef de Martinique, Patrick Lecurieux-Durival, a tenu à souligner «la bonne volonté» des entrepreneurs, mais s'est demandé «pourquoi n'y arrive-t-on que maintenant» et surtout «pourquoi sommes-nous encore asphyxiés», en référence à la poursuite de la grève générale qui paralyse l'île depuis 27 jours.

Un «cadre de négociations»

Il a précisé que cet accord déterminait «un cadre de négociations sur les salaires». La commission chargée de détailler l'accord cadre se réunira mardi à 14h locales (19h à Paris) pour entamer ses travaux.

L'augmentation de salaire sera prise encharge par les employeurs à hauteur d'un montant compris entre 30 et 100 euros (en fonction de leurs effectifs et de leurs capacités financières) et l'Etat, à hauteur de 100 euros. Le Conseil général et le Conseil régional se répartiront le solde.























Avec agence