Nicolas Sarkozy case le dîner du Crif dans son emploi du temps «chargé»

RELIGION Le Président y passera «quelques instants» ce lundi soir. L'année dernière, il y avait proposé de «confier la mémoire» des enfants juifs victimes de la Shoah à tous les enfants de CM2»...

Avec agence

— 

France's President Nicolas Sarkozy delivers a speech during the dinner with members of the Representative Council of France's Jewish Associations (CRIF) in Paris February 13, 2008.    REUTERS/Gonzalo Fuentes   (FRANCE)
France's President Nicolas Sarkozy delivers a speech during the dinner with members of the Representative Council of France's Jewish Associations (CRIF) in Paris February 13, 2008. REUTERS/Gonzalo Fuentes (FRANCE) — REUTERS/Gonzalo Fuentes

Un petit saut. Nicolas Sarkozy a annoncé ce lundi matin à Charm El-Cheikh qu'il passerait finalement «quelques instants» au dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) alors que l'Elysée avait indiqué peu auparavant qu'il ne s'y rendrait pas «pour des raisons d'emploi du temps chargé».

Le Président, qui passera «vers 19h30 avant la cérémonie officielle et le discours de François Fillon», tient à «manifester [son] soutien et [son] amitié», a-t-il déclaré à la presse juste avant de quitter Charm El-Cheikh. Il y coprésidait avec son homologue égyptien Hosni Moubarak un sommet international sur la reconstruction de Gaza.

Une proposition controversée en 2008

Nicolas Sarkozy doit quitter les bords de la Mer rouge en fin de matinée pour participer à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) à 17h à une cérémonie en l'honneur de la jeune Française tuée le 22 février lors d'un attentat au Caire.

Le chef de l'Etat avait participé en 2008 au précédent dîner annuel du Crif, au cours duquel il avait proposé de «confier la mémoire d'un des 11.000 enfants» juifs de France victimes de la Shoah à «tous les enfants de CM2». Très controversée, cette initiative a finalement été abandonnée.

Polémique La secrétaire nationale du PCF, Marie-George Buffet, qui n'a pas été invitée au dîner du Crif après sa participation aux manifestations contre l'intervention israélienne à Gaza, a souligné lundi que les communistes français avaient «toujours été au côté des juifs de France».