Grigny: le chauffeur du bus mis en examen

ACCIDENT Le conducteur, qui a renversé cinq personnes, n'avait plus de point sur son permis depuis septembre 2008...

Avec agence

— 

Plus de peur que de mal. Vendredi soir, le chauffeur d’un autocar a perdu le contrôle de son véhicule, vers 19h30, avant de rouler sur le trottoir et de percuter cinq personnes. L’accident s’est déroulé devant l'arrêt de bus gare de Grigny Centre.

Altercation

En garde à vue, le chauffeur a reconnu avoir paniqué après une altercation verbale avec un automobiliste dont la voiture était stationnée devant l'arrêt de bus. L'automobiliste a alors déplacé sa voiture puis l'a stoppée quelques mètres plus loin, toujours de source policière. Le chauffeur du bus a cru que l'automobiliste allait poursuivre sa route et il a percuté la voiture.

Il a alors cherché à redresser en urgence le bus qui a finalement roulé sur le trottoir et fauché cinq personnes, dont deux adolescents de 13 et 14 ans qui se sont retrouvés coincés pendant près d'une heure et demie sous le bus, a précisé une source préfectorale.

Blessés

Les deux garçons, qui sont cousins, ont été blessés : l'un a eu un doigt cassé et souffre de plusieurs contusions. Il a été transporté à l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne).L'autre adolescent se trouve à l'hôpital Necker à Paris et souffre d'une fracture à une jambe. Leurs jours ne sont toutefois pas en danger et ils devraient pouvoir quitter l'hôpital dans les prochains jours, selon la préfecture.

Permis

Les dépistages d'alcoolémie et de produits stupéfiants sur le chauffeur se sont révélés négatifs, selon la police. En revanche, la vérification du fichier du permis de conduite a révélé, selon le parquet qui a confirmé une information de TF1, que le chauffeur n'avait plus de point sur son permis depuis septembre 2008 à la suite d'excès de vitesse. Il n'aurait pas prévenu son employeur de cette situation. L'homme a été mis en examen dimanche pour «blessures involontaires avec circonstance aggravante d'absence de permis». Le parquet d'Evry a requis son placement sous mandat de dépôt. Le juge des libertés et de la détention était toujours en train de statuer sur son sort dimanche soir.