Grève en Guadeloupe: LKP décidera samedi «de l'attitude à tenir»

CONFLIT SOCIAL Malgré la non signature du Medef, le collectif espère une extension de l'accord...

Avec agence

— 

A peine conclu, l'accord salarial partiel en Guadeloupe est apparu brusquement fragilisé, vendredi, par le refus du Medef et de sept autres organisations patronales de le signer, alors qu'en Martinique, les négociations étaient jugées proches "d'une issue positive".
A peine conclu, l'accord salarial partiel en Guadeloupe est apparu brusquement fragilisé, vendredi, par le refus du Medef et de sept autres organisations patronales de le signer, alors qu'en Martinique, les négociations étaient jugées proches "d'une issue positive". — Lionel Bonaventure AFP

Vers la fin de la grève? Le collectif intersyndical guadeloupéen LKP décidera «de l'attitude à tenir» concernant la grève générale qui dure depuis près d'un mois et demi après une nouvelle journée de négociation samedi, a expliqué vendredi soir à l'AFP l'un de ses membres, Rosan Mounien. «On discute aujourd'hui et demain. Pour l'instant, il n'y a rien de neuf», a-t-il affirmé lors d'une suspension de séance.

 

Plusieurs magasins, fermés jusque là ou ouverts très irrégulièrement ces dernières semaines, ont levé leurs rideaux vendredi à Baie-Mahault - dont un centre commercial, le plus grand de l'île - et à Jarry, dans la périphérie de Pointe-à-Pitre.

 

Concernant l'accord salarial partiel signé la veille, Rosan Mounien a réaffirmé que le LKP considérait que «la négociation sur les salaires était terminée», et ce même si les organisations patronales majoritaires dont le Medef ne le reconnaissent toujours pas.

 

>> A lire également: Les grandes dates du conflit en Guadeloupe

 

Qu’à cela ne tienne: Rosan Mounien indique que le collectif avait déjà saisi le ministère du Travail pour «une procédure d'extension» de l'accord aux secteurs non signataires.

 

Le LKP attend aussi «les engagements par écrit de l'Etat» sur sa quote-part (100 euros sur les 200 d'augmentation négociés pour les bas salaires), qui doivent arriver «dans le courant de la semaine», selon le syndicaliste.

 

>> Animation: Les prix sont-ils plus élevés en Guadeloupe qu'en Métropole?

 

Aux négociations de vendredi qui ont débuté vers 16H00 (21H00 à Paris), le LKP a obtenu le gel des loyers pour 2009, l'augmentation de l'allocation logement et la création d'un «observatoire du logement» pour empêcher la «prolifération des expulsions».

 

La baisse du prix de l'essence et celle d'une liste de produits de première nécessité - comme cela a été déjà été fait en Martinique - devaient également être sur la table.

Samedi sera notamment discuté le tarif de l'eau et des transports.