La mobilisation des universitaires faiblit, mais pour combien de temps?

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Les vacances et les récentes annonces du gouvernement peuvent expliquer cette désaffection...

C. F. (avec agence)

— 

Les appels à manifester ont beau se multiplier, la mobilisation des universitaires contre les réformes gouvernementales faiblit. Au total, les manifestations de ce jeudi ont réuni entre 17.000 et 33.000 personnes selon les sources, révèle un décompte non exhaustif des bureaux de l'AFP portant sur 15 villes à 18h. Le 19 février, ils étaient entre 30.000 et 55.000 et le 10 février entre 40.000 et 80.000.

>> Retrouvez, ici, notre carte interactive des manifestations

Les vacances dans certaines zones (Ile-de-France, Bordeaux et Limoges) ne sont pas étrangères à cette désaffection. Et les récentes annonces du gouvernement ont peut-être elles aussi fait leur effet.

François Fillon et Valérie Pécresse ont tenté de désamorcer la crise mercredi, en donnant des gages sur la question des emplois. Ainsi, aucune suppression de postes (enseignants-chercheurs comme administratifs) n'interviendra à l'université en 2010 et 2011. En outre, la compensation financière des postes supprimés en 2009 (correspondant à 12 millions d'euros), versée aux universités cette année, sera pérennisée pour les suivantes.

Le décret va être «entièrement réécrit»

La ministre de l'Enseignement supérieur doit par ailleurs recevoir les présidents d'université et les organisations syndicales vendredi, afin de retravailler le décret sur le statut des enseignants-chercheurs avec la médiatrice chargée du dossier, Claire Bazy-Malaurie. Ordre du jour: arrêter «les orientations et principes» permettant d'écrire un nouveau texte. A ce sujet, le Premier ministre a affirmé mercredi que ce décret allait être «entièrement réécrit». Mais «tous les autres sujets» pourront «être abordés», a assuré Valérie Pécresse.

Le Sgen-CFDT y voit l'occasion d'ouvrir des négociations plus larges sur l'ensemble des sujets qui fâchent. Le Snesup-FSU, qui a d'abord décliné l'invitation, devait donner sa réponse ce jeudi en fin d'après-midi.

Nouveaux appels à manifester

Reste à savoir si ces annonces, vues par certains acteurs comme de premiers gestes, et la réunion de vendredi suffiront vraiment à calmer la grogne.

Une nouvelle journée de manifestations est prévue le jeudi 5 mars. La coordination nationale des universités appelle aussi à une journée de mobilisation le 10 mars et sept fédérations de l'Education ont par ailleurs appelé à la grève et à manifester le 19 mars, à l'occasion de la prochaine journée d'actions interprofessionnelle.