L'envahissement des locaux de RFO-Guadeloupe par le LKP jugé «inacceptable»

CONFLIT SOCIAL C'est Michèle Alliot-Marie qui le dit...

Avec agence

— 

«Il n'y a pas de paix sans justice». Le LKP a réiteré ses revendications ce jeudi, pendant près de vingt minutes, après avoir investi les locaux de RFO-Guadeloupe. Leurs propos ont été diffusés à la radio et à la télé.

A Baie-Mahault, la station a été envahie par des centaines de manifestants du collectif, qui se sont exprimés à l'antenne pendant environ 30 minutes.

«Inacceptable en démocratie»

Un coup de forcé fustigé par Michèle Alliot-Marie. «Cette pression à l'égard des salariés de RFO est une forme d'intimidation totalement inacceptable», a réagi le ministre de l'Intérieur et de l'Outremer. Et de promettre que «cet envahissement donnera lieu à des poursuites judiciaires».

 

Même son de cloché du côté du président du conseil régional de Guadeloupe. Victorin Lurel (PS), estime que l’action du LKP est «inacceptable en démocratie».