Youssouf Fofana et Le « gang des barbares » bientôt à la barre

François Burkard

— 

Le procès était très attendu et les dates sont tombées hier. Youssouf Fofana, accusé de l'enlèvement et du meurtre d'Ilan Halimi en 2006, sera jugé du 29 avril au 3 juillet par la cour d'assises des mineurs de Paris. Agé de 28 ans, il comparaîtra en compagnie de vingt-sept membres présumés du « gang des barbares », dont deux étaient mineurs au moment des faits, ce qui assurera le huis clos à ce lourd procès.

Ilan Halimi, 23 ans, vendeur de téléphones portables, de confession juive, avait été enlevé le 20 janvier 2006 par le « gang des barbares ». Leur objectif : obtenir une rançon en échange de sa libération, les ravisseurs étant convaincus que « les juifs ont de l'argent ». Un mois plus tard, le jeune homme était retrouvé dans l'Essonne, agonisant et menotté.

Youssouf Fofana, le meneur présumé, est notamment mis en examen pour « actes de tortures et de barbarie commis en raison de l'appartenance de la victime, vraie ou supposée, à une ethnie, race ou religion » même s'il a toujours nié avoir agi pour des motifs antisémites. Il a déjà écopé à la fin 2007 d'un an de prison ferme pour outrages à magistrat : selon son avocat d'alors, il ponctuait lettres et procès-verbaux d'insultes contre ses juges et de diatribes anti-sionistes, comme « Israël doit disparaître ». Si Fofana s'entête dans cette ligne de défense provocatrice, tenant des discours politiques sans queue ni tête et changeant d'avocats comme de chemise (il en a déjà récusé plus d'une trentaine, préférant se défendre lui-même), l'un de ses anciens défenseurs, Emmanuel Ludot, craint qu'il ne coure au « massacre ». Comprendre la réclusion à perpétuité. Isolé des siens, il serait actuellement incarcéré dans un centre pénitentiaire du nord de la France, « dans un état de grande détresse morale », selon Me Isabelle Coutant-Peyre son ancienne avocate. La défense pourrait plaider l'irresponsabilité pénale. ■