AZF: Deux acteurs pas totalement prévenus

TOULOUSE Une décision qui ferait du bruit...

À Toulouse, Béatrice Colin

— 

Une décision qui ferait du bruit. La présence de Thierry Desmarest et de Total sur le banc des prévenus s'est retrouvée, hier, au coeur des débats de la deuxième journée d'audience du procès AZF à Toulouse (Haute-Garonne). Cet jeudi, le tribunal se prononcera sur la recevabilité de la demande de comparution du groupe pétrolier et de son président. Car pour de nombreuses victimes, le fait qu'ils ne soient pas mis en examen « est choquant car l'industriel a une responsabilité : c'est lui qui a laissé perdurer cette situation sur le site », souligne Jean-Francois Grelier, l'une des parties civiles à l'origine de cette citation directe. Pour lui, hors de question de se contenter de «lampistes» que pourraient être les deux mis en examen : la société Grande Paroisse, filiale de Total, et le directeur de l'usine Serge Biechlin.

Thierry Desmarest finira peut-être par s'exprimer le 10 juin, jour où, selon son avocat, il devrait se présenter devant les juges. Car s'il se défend d'être au procès en qualité de prévenu, le PDG de Total de l'époque, «par déférence pour le tribunal et les victimes, a décidé qu'il viendrait en qualité de témoin», a indiqué Me Jean Veil. Mais concernant la comparution, «Thierry Desmarest et Total ont déjà fait l'objet d'un non-lieu implicite. Le juge d'instruction les a exonérés en ne les renvoyant pas en correctionnelle.» Un argument repris au vol par l'avocat des plaignants. «Comment est-il possible de soutenir qu'une solution implicite aurait la force d'une chose jugée? Sont-ils si inquiets qu'ils veuillent s'abriter derrière ce faux-semblant de non-lieu, qu'ils ne veulent pas prendre le risque d'un jugement ?», a interrogé Simon Cohen pour qui il est nécessaire de remonter dans l'échelon des responsabilités. Mais pour certains défenseurs des parties civiles, il y a un risque à voir arriver le groupe pétrolier sur le banc des prévenus: «Celui de les voir relaxer. Car aujourd'hui, pour tout le monde, derrière la société Grande Paroisse, il y a Total. Et si elle est condamnée, le groupe l'est aussi», avance une avocate. ■