ça négocie sec dans les antilles

— 

C'est l'histoire d'un groupe d'hommes assis autour d'une même table, en face à face, depuis des semaines. Les négociations sociales en Guadeloupe ont repris hier après-midi, après une nuit « extrêmement calme », selon la préfecture, sans incident à déplorer. A la différence des jours précédents, aucune station-service n'a été réquisitionnée, le mercredi des Cendres, hier, étant un jour férié en Guadeloupe. « Nous avançons dans la bonne direction » et « il y a maintenant sur la table de quoi bâtir la solution », a affirmé hier Yves Jégo, secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, sur France Info.

En revanche, sur l'île voisine de la Martinique, en grève depuis le 5 février, au moins trois véhicules ont été incendiés et plusieurs magasins pillés dans la nuit de mardi à mercredi à Fort-de-France. Les négociations doivent reprendre aujourd'hui à la préfecture de Fort-de-France. Le collectif réclame notamment une hausse des bas salaires de 354 euros. ■