Noël Mamère pourrait perdre sa robe d'avocat

JUSTICE La cour d'appel de Paris a examiné jeudi dernier un recours déposé par un syndicat d'avocats contre l'inscription au Barreau du député-maire Verts de Bègles...

C. F.

— 

L'avocat Noël Mamère et son client Olivier Besancenot dans l'affaire Taser en octobre 2008 au Tribunal de grande instance de Paris.
L'avocat Noël Mamère et son client Olivier Besancenot dans l'affaire Taser en octobre 2008 au Tribunal de grande instance de Paris. — Charles Platiau / Reuters

Noël Mamère va-t-il pouvoir encore plaider? Le député-maire Verts de Bègles (Gironde), devenu avocat en mai 2008, fait l'objet d'un recours déposé par un syndicat d'avocats, révèle le site Bakchich.info ce mardi.

La première chambre de la cour d'appel de Paris a examiné ce recours jeudi dernier, ajoute le site Internet. Selon nos informations, il a été déposé par Cosal, le syndicat des avocats libres.

Comme Villepin et Copé

Le syndicat, qui n'était pas joignable ce mardi, conteste l'inscription au barreau de Paris de Noël Mamère. Ce dernier a bénéficié, à l'instar de Dominique de Villepin et de Jean-François Copé notamment, d'une dérogation pour bénéficier du diplôme d'avocat sans passer de concours.

Dans le cadre de la valorisation des acquis et des expériences, les articles 97 et 98 du décret du 27 novembre 1991 régissant la profession d'avocat accordent cette dispense à un certain nombre de personnes en fonction de leur parcours et de leurs fonctions électives.

Contacté par 20minutes.fr, Noël Mamère affirme avoir rempli plusieurs de ces conditions, qu'il s'agisse de son expérience d'élu ou de son parcours universitaire. «Je ne suis pas seulement diplômé de Sciences Po, j'ai également une licence de droit et un doctorat en Sciences de l’information et de la communication», rappelle l'édile, démentant les propos de Bakchich, qui affirme que le leader Verts n’a pas touché à une quelconque matière juridique depuis son passage à l'IEP de Bordeaux.

La procédure n'aurait pas été respectée

Reste que selon le site d'informations en ligne, la procédure n'a pas été respectée dans l'acceptation de la dérogation de Noël Mamère par le conseil de l’ordre des avocats. Elle n'aurait pas été soumise au parquet par lettre avec accusé de réception, afin que celui-ci décide de faire appel ou non.

«Je considère qu'il s'agit d'un non-évènement, le procureur général ayant requis l'irrecevabilité du recours», affirme à 20minutes.fr Noël Mamère. Il se dit victime collatérale de «la guerre du Cosal contre l'ordre des avocats. C'est plus facile de s'attaquer à Noël Mamère qu'à Dominique de Villepin, ajoute-t-il, surtout quand on marie des homos et qu'on fauche des OGM».

Avocat de Besancenot dans l'affaire Taser

Jean-Louis Borie, le président du Syndicat des avocats français (SAF, classé à gauche), s'étonne également que Jean-François Copé et Dominique de Villepin n'aient pas été inquiétés. «Pourquoi Noël Mamère? Il n'est pas moins compétent», affirme-t-il à 20minutes.fr

«Aujourd'hui avocat, je défendrai des sans-papiers, je défendrai des étrangers, je défendrai des causes liées à l'environnement et aux libertés», avait déclaré l'ancien journaliste après avoir prêté serment en mai dernier. Jusqu'à présent, il s'était surtout illustré en assurant la défense d'Olivier Besancenot contre l'entreprise Taser. Avec succès.

La décision concernant Mamère sera rendue le 12 mars.