Lourde addition pour le cafetier

— 

« C'était un pari stupide », selon son avocat. Un cafetier de Valenciennes (Nord) a été condamné, hier, à deux ans de prison, dont un ferme, pour homicide involontaire. En novembre dernier, l'un de ses clients était mort après une soirée bien arrosée.

« Moi, je peux boire n'importe quoi », s'était vanté Laurent, 35 ans, au Café de la Mairie. Le barman lui sert alors un verre de 25 cl rempli de genièvre. Cul sec. « T'as rien de plus fort ? », fanfaronne le client. Deuxième tournée, le patron ressert un demi de calvados. Puis la même dose de vodka. Cul sec à chaque fois. Mais Laurent finit par s'écrouler. Ses copains le ramènent dans sa chambre et le couchent. Dans la nuit, il meurt d'une détresse respiratoire. Lors de l'autopsie, le médecin légiste relève un taux de plus de 5 g d'alcool par litre de sang. Hier, le cafetier a également été condamné à verser 8 000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime et à une interdiction définitive d'exercer son métier. ■ A Lille, Vincent Vantighem