Enseignants-chercheurs: Sarkozy reprend la main

EDUCATION Le Président veut que de nouvelles pistes soient rapidement explorées...

MD avec agence

— 

Jeudi, environ 400 chercheurs en grève, réunis en assemblée générale à Paris, ont aussi exigé le maintien du CNRS en tant qu'"opérateur de recherche", s'opposant au projet de le transformer en simple agence de moyens.
Jeudi, environ 400 chercheurs en grève, réunis en assemblée générale à Paris, ont aussi exigé le maintien du CNRS en tant qu'"opérateur de recherche", s'opposant au projet de le transformer en simple agence de moyens. — Bertrand Guay AFP/Archives

Alors que le bras de fer se poursuit entre le personnel de l'éducation et de l'enseignement supérieur et les ministres, le président Nicolas Sarkozy a demandé vendredi que soient «rapidement explorées de nouvelles pistes pour l’évaluation des enseignants chercheurs et l’organisation de leurs services», selon un communiqué de l'Elysée.

Un entretien avec Valérie Pécresse et la médiatrice

Le chef de l'Etat «s’est entretenu» vendredi à l’Elysée avec Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et Claire Bazy-Malaurie, médiatrice désignée par la ministre, «afin de faire un point sur les discussions en cours concernant la réforme du décret statutaire sur les enseignants-chercheurs», indique le communiqué.

Claire Bazy-Malaurie, présidente de chambre à la Cour des comptes et spécialiste des questions universitaires, avait été nommée lundi «médiatrice» par Valérie Pécresse afin de «prolonger la concertation» sur la réforme controversée du statut des enseignants-chercheurs.

Les universités boycottent les projets de mastères

Un nouveau mouvement de grève des enseignants-chercheurs est prévu pour le 19 mars prochain pour faire suite à la mobilisation du 29 janvier dernier. Les futurs enseignants se joignent à la grogne. En effet, la réforme de la formation des enseignants est devenue à son tour la cible des mécontentements. Les universités ont boycotté vendredi la remise des projets de mastères nécessaire à cette réforme, alors que le ministre de l'Education Xavier Darcos a été jugé «insultant» à ce sujet. Jusqu'alors, la mobilisation universitaire contre la réforme du statut des enseignants-chercheurs avait un peu masqué la grogne grandissante contre la réforme de la formation des professeurs des écoles, collèges et lycées.