Jean-Charles Marchiani est libre

avec agence

— 

La libération conditionnelle de l'ancien préfet du Var Jean-Charles Marchiani a été ordonnée vendredi, avec effet au lundi 16 février, par un juge d'application des peines du tribunal de grande instance de Paris, a-t-on appris de source judiciaire.
La libération conditionnelle de l'ancien préfet du Var Jean-Charles Marchiani a été ordonnée vendredi, avec effet au lundi 16 février, par un juge d'application des peines du tribunal de grande instance de Paris, a-t-on appris de source judiciaire. — Jacques Demarthon AFP/Archives

Il pourra assister libre à la plaidoierie de son avocat mardi dans l'affaire de l'Angolagate, où il fait partie de la longue cohorte des prévenus. La libération conditionnelle de l'ancien préfet du Var Jean-Charles Marchiani, ordonnée vendredi par un juge d'application des peines du tribunal de grande instance de Paris, est effective ce lundi matin.

Marchiani fait partie des 27 détenus à qui le président Nicolas Sarkozy avait accordé une remise de peine en décembre: l'ancien préfet du Var, artisan de la libération des otages du Liban en 1988, avait bénéficié d'une grâce de six mois.

Il était incarcéré depuis le 26 mai 2008 à la prison de la Santé, à Paris, où il purgeait une peine de trois ans pour avoir perçu des commissions occultes dans le cadre de passations de marché à la fin des années 1990. Avec la grâce présidentielle, l'incarcération de Jean-Charles Marchiani devait s'achever en théorie le 6 octobre 2009, mais la sortie est possible dès maintenant en raison d'aménagements de peine et du choix d'une libération conditionnelle. Son avocat, Me Jacques Trémolet de Villers, avait d'ailleurs déposé une demande de mise en liberté de son client le 24 décembre dernier.

Plusieurs centaines de milliers de dollars

C'est encadré de deux gendarmes que ce très proche de Charles Pasqua comparaît depuis début octobre 2008 au procès de l'Angolagate, où une peine de prison de 3 ans, dont 18 mois avec sursis, assortie d'une amende de 200.000 euros, a été requise contre lui mercredi.

Dans cette affaire de vente d'armes de guerre à l'Angola dans les années 90, l'accusation lui reproche d'avoir touché plusieurs centaines de milliers de dollars contre du lobbying en faveur des intérêts angolais. Il devrait savoir, lors du jugement attendu à l'automne, si la justice le condamne à retourner derrière les barreaux. Mais il sera en tout cas libre mercredi prochain, lorsque son avocat plaidera sa défense au tribunal correctionnel de Paris.

Un retour des «privilèges»

L'idée d'une grâce en faveur du préfet avait resurgi lorsque Sarkozy avait demandé le 28 novembre à la ministre de la Justice Rachida Dati de lui faire «des propositions» en vue de gracier des détenus dits méritants.

Mais la grâce partielle de l'ancien agent secret avait suscité l'indignation du Parti socialiste et des Verts qui avaient dénoncé une «nouvelle illustration d'une dérive du fonctionnement des institutions et de la pratique présidentielle», un retour des «privilèges», et «une dérive monarchique». L'UMP y avait vu «un choix juste et humain».

Charles Pasqua avait confié fin décembre s'être entretenu à propos de Marchiani avec Nicolas Sarkozy. «Cette grâce peut toujours choquer quelques personnes», mais Pasque restait persuadé «que l'immense majorité des Français se souvient probablement que Marchiani, à l'époque, a risqué sa vie. Je crois que c'est ce qui a pesé dans la balance».