Rennes : Une étudiante et deux résidentes d’un Ehpad âgées de 84 et 103 ans agressées sexuellement

VIOLENCES L’homme a été interpellé non loin de la résidence en possession d’une arme et d’objets volés

C.A.

— 

Illustration d'un fauteuil roulant ici dans les couloirs d'un établissement de santé.
Illustration d'un fauteuil roulant ici dans les couloirs d'un établissement de santé. — C. Allain / 20 Minutes

L’appel est arrivé très tôt dimanche matin à l’accueil du commissariat de Rennes. A Saint-Jacques-de-la-Lande, plusieurs femmes disent avoir été victimes de violences et avoir été agressées par un homme âgé d’une trentaine d’années. La première victime est une étudiante. Son agresseur a pénétré dans son studio et l’a agressée sexuellement. La jeune femme parvient à fuir et se réfugie dans l’Ehpad situé juste à côté.

Son agresseur prend visiblement le même chemin et s’en prend à deux résidentes dans leur chambre, explique une source policière. La première victime est âgée de 103 ans, la seconde de 84 ans. Dans les chambres, l’homme renverse tout et dérobe des objets, et agresse sexuellement les deux femmes. D’après nos informations, il aurait tenté de déshabiller ses victimes, multipliant les gestes obscènes.

Un couteau et des objets volés retrouvés

Rapidement arrivée sur les lieux, la police a interpellé un suspect. Agé de 30 ans, cet homme résidant à Rennes est en état d’ivresse. Il se rebelle, multiplie les outrages et va jusqu’à mordre un policier. Sur lui, les agents retrouveront un couteau et plusieurs objets appartenant à ses victimes. Un homme de 84 ans résidant dans l’Ehpad fait également partie des victimes de ce vol avec violences.

Déjà très connu des services de police, le suspect a été déféré ce jour au parquet. Il sera jugé par le tribunal correctionnel le 19 avril pour des faits d’agressions sexuelles, vols, violences sur personne vulnérable, violences sur personne dépositaire de l’autorité publique et outrage. « Il a été incarcéré ce jour dans l’attente de son jugement. Une expertise psychiatrique a été ordonnée », précise le parquet.