Guadeloupe: un pré-accord entre syndicats et patronat

SOCIAL Sa signature reste soumise au feu vert de Matignon...

Avec agence

— 

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Basse-Terre, où les négociations entre le patronat et le Lyiannaj kont pwofitasyon (LKP), à l'origine de la grève générale qui affecte la Guadeloupe depuis le 20 janvier, se poursuivent pour tenter de trouver un accord sur une augmentation salariale.
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Basse-Terre, où les négociations entre le patronat et le Lyiannaj kont pwofitasyon (LKP), à l'origine de la grève générale qui affecte la Guadeloupe depuis le 20 janvier, se poursuivent pour tenter de trouver un accord sur une augmentation salariale. — Julien Tack AFP/Archives

Un pré-accord a été trouvé dimanche matin entre le patronat et le LPK (Lyiannaj kont pwofitasyion), à l'origine de la grève générale en Guadeloupe, mais sa signature demeure soumise au feu vert du Premier ministre pour son financement.

>>> Vous nous racontez la grève en images... Regardez les photos

L'accord du Premier ministre sur des exonérations de charges permettant aux entreprises guadeloupéennes d'augmenter les salaires conditionnent la conclusion des négociations destinées à trouver une issue à la grève générale débutée le 20 janvier.

Le pré-accord prévoit une augmentation de 200 euros pour les salariés percevant jusqu'à 1,6 fois le Smic (45.000 salariés concernés, de source patronale) et de 3%, à négocier entreprise par entreprise ou dans les branches, pour ceux rémunérés au dessus de 1,6 fois le Smic.

Le patronat, qui évalue le coût de ces augmentations salariales à environ 108 millions d'euros, exige, pour y faire face, que l'Etat lui accorde des exonérations de charges. Une note en ce sens doit être transmise aux services du Premier ministre par le secrétaire d'Etat chargé de l'Outremer, Yves Jégo, «installé» en Guadeloupe depuis une semaine.

La signature de l'accord par le patronat est conditionnée, selon les négociateurs, à l'engagement de l'Etat sur les exonérations de charges demandées.

Les délégations du patronat et du LKP ont quitté dimanche peu avant 8h00 locales (13h00 à Paris) la préfecture de Basse-Terre, où les négociations s'étaient ouvertes la veille.

Si l'accord du Premier ministre était acquis sur les exonérations de charges demandées, patronat et LKP doivent se retrouver à la préfecture en fin d'après-midi (dans la soirée, heure de Paris). Aucun autre rendez-vous n'a été envisagé dans le cas contraire.

  >>> L'actu se construit avec vous. Vous êtes en Guadeloupe ou en Martinique? Envoyez vos photos et vos témoignages par MMS au 33320 ou par mail au 33320 @ 20minutes.fr. N'oubliez pas d'ajouter votre nom et le lieu de la prise de l'image.