La Guadeloupe au bord de la rupture

SOCIAL La grève générale dure depuis le 20 janvier. Les négociations butent.

Avec agence

— 

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Basse-Terre, où les négociations entre le patronat et le Lyiannaj kont pwofitasyon (LKP), à l'origine de la grève générale qui affecte la Guadeloupe depuis le 20 janvier, se poursuivent pour tenter de trouver un accord sur une augmentation salariale.
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Basse-Terre, où les négociations entre le patronat et le Lyiannaj kont pwofitasyon (LKP), à l'origine de la grève générale qui affecte la Guadeloupe depuis le 20 janvier, se poursuivent pour tenter de trouver un accord sur une augmentation salariale. — Julien Tack AFP/Archives

Les négociations entre le patronat guadeloupéen et le Lyiannaj kont pwofitasyon (LKP), le collectif à l'origine de la grève générale affectant la Guadeloupe depuis le 20 janvier, étaient au bord de la rupture dans la nuit de samedi à dimanche, selon l’AFP, qui cite la préfecture de Basse-Terre.

200 euros

Le LKP revendique, entre autres, une augmentation salariale mensuelle de «200 euros nets pour tous». Pour assurer le financement de cette mesure, le patronat aurait proposé, selon des indiscrétions, la création d'un «Fonds social de solidarité guadeloupéenne» abondé de 138 millions d'euros. Cette somme serait, de mêmes sources, prélevée pour une part sur l'impôt sur les sociétés et pour l'autre sur une exonération de 80% de la taxe professionnelle exigible en 2008.

>>> Vous nous racontez la grève en images... Regardez les photos


Lors d'une précédente suspension de séance, durant laquelle les deux partenaires étaient apparus moins crispés, le patronat proposait que l'augmentation de 200 euros ne s'applique qu'aux salariés percevant jusqu'à 1,1 fois le Smic, selon les mêmes sources. Le LKP exigeait qu'elle bénéficie à ceux percevant jusqu'à 1,6 fois le Smic.

Le secrétaire d'Etat chargé de l'Outremer, Yves Jégo, est sur place depuis 1er février.

 >>> L'actu se construit avec vous. Vous êtes en Guadeloupe ou en Martinique? Envoyez vos photos et vos témoignages par MMS au 33320 ou par mail au 33320 @ 20minutes.fr. N'oubliez pas d'ajouter votre nom et le lieu de la prise de l'image.