Un pas de plus de la France vers la réintégration du commandement de l'Otan

DEFENSE Nicolas Sarkozy estime que «le moment approche»...

Avec agence

— 

Une cellule de renseignement française déployée auprès des forces de l'Otan à Kaboul a formulé de vives critiques à l'égard de l'opération de reconnaissance tombée dans une embuscade meurtrière des talibans le 18 août, affirme Le Canard enchaîné à paraître mercredi.
Une cellule de renseignement française déployée auprès des forces de l'Otan à Kaboul a formulé de vives critiques à l'égard de l'opération de reconnaissance tombée dans une embuscade meurtrière des talibans le 18 août, affirme Le Canard enchaîné à paraître mercredi. — Shah Marai AFP

La France de plus en plus proche de l’Otan, et il faut qu’elle s’y prépare. Samedi, Nicolas Sarkozy a estimé que «le moment approche» d'expliquer aux Français que l'alliance avec les Etats-Unis ne nuit pas à l'indépendance de la France, faisant un pas de plus vers la réintégration dans le commandement de l'Otan quitté en 1966.

«L'alliance avec les Etats-Unis et l'alliance avec l'Europe ne mettent pas en cause l'indépendance de mon pays», a lancé le président français devant la Conférence sur la sécurité de Munich (sud de l'Allemagne).

«Voilà ce que j'expliquerai aux Français le moment venu, et ce moment approche», a-t-il enchaîné alors que la France et l'Allemagne s'apprêtent à accueillir le sommet du 60e anniversaire de l'Alliance atlantique, les 3 et 4 avril 2009.

«Partenaire libre»

Le président français a toutefois fixé une «condition»: que «la France veut rénover sa relation avec l'Otan en étant un allié indépendant, un partenaire libre des Etats-Unis». «Il est sans doute temps de revoir la stratégie de l'Otan et, pour la France et l'Allemagne, d'en tirer un certain nombre de conséquences», a-t-il ajouté, avant de conclure: «Croyez bien que d'ici le mois d'avril nous essaierons d'être au rendez-vous d'une grande ambition pour la famille qui est la nôtre.»

Une «défaite» pour la France

François Bayrou ne partage pas l'avis de Nicolas Sarkozy. Lors d'une conférence nationale du Modem se tenant à Paris, dimanche, il a estimé qu'une réintégration serait «un aller sans retour». «Parce qu'il n'est pas imaginable qu'un grand pays comme le nôtre, à chaque alternance, entre et sorte du commandement intégré». «C'est une défaite pour la France», et «c'est une défaite pour l'Europe», a affirmé le président du Modem. «Nous abandonnons une part de notre héritage, et nous l'abandonnons pour rien.»


Qu’en pensez-vous? Est-il effectivement temps de réintégrer complètement l’Otan? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.