Incendie volontaire contre une ligne de TGV

SABOTAGE Il s'est déclaré jeudi à l'aube sur la voie de TGV à La Garde-Adhémar (Drôme).

Avec agence

— 

Le week-end dernier, une nouvelle rupture de caténaire survenue dans l'Essonne avait suscité la colère du secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, qui avait immédiatement dénoncé "l'incident de trop" bien qu'elle semblait due cette fois à des tirs de fusil et non à une défaillance de la SNCF.
Le week-end dernier, une nouvelle rupture de caténaire survenue dans l'Essonne avait suscité la colère du secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, qui avait immédiatement dénoncé "l'incident de trop" bien qu'elle semblait due cette fois à des tirs de fusil et non à une défaillance de la SNCF. — Patrick Hertzog AFP/Archives

Encore un acte de malveillance contre un TGV. Alors que Julien Coupat devrait être fixé sur son sort ce vendredi, la gendarmerie a fait savoir ce vendredi matin qu'un incendie volontaire, qui s'est déclaré jeudi à l'aube sur la voie de TGV à La Garde-Adhémar (Drôme), a endommagé le système de signalisation des trains.

L'incendie a pris dans un regard se trouvant sur les voies de TGV, protégées par des barrières, et il a détruit des fibres optiques qui servent à transmettre aux conducteurs les consignes de circulation. Aucune effraction n'a été mise en évidence sur les grillages ou les portes donnant accès aux voies, a-t-on appris auprès des gendarmes.

L'enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Grenoble.

Les TGV Paris-Marseille ont du être détournés sur la voie réservée aux trains régionaux entre Valence et Pierrelatte (Drôme), entraînant une demi-heure de retard en moyenne jeudi. La circulation était revenue à la normale vendredi matin, a précisé la SNCF.