Le 2e réacteur EPR sera construit à Penly

NUCLEAIRE Nicolas Sarkozy l'a confirmé, la ville de Seine-Maritime a été choisie...

— 

"Le principe d'une lettre d'intention", signée entre le groupe nucléaire français Areva et son partenaire chinois CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Corp.) "reste acté mais la date reste à décider", a indiqué cette source à l'AFP.
"Le principe d'une lettre d'intention", signée entre le groupe nucléaire français Areva et son partenaire chinois CGNPC (China Guangdong Nuclear Power Corp.) "reste acté mais la date reste à décider", a indiqué cette source à l'AFP. — Mychèle Daniau AFP/Archives

Après Flamanville, Penly. Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi soir par un communiqué la construction d'une deuxième centrale nucléaire EPR sur ce site situé en Seine-Maritime, confirmant les informations du «Figaro».

«L'Etat valide le projet d'EDF de réaliser cette centrale sur le site de Penly, en Seine-Maritime», indique le communiqué. «EDF réalisera cet équipement dans le cadre d'une société de projet dont il aura la majorité. GDF SUEZ sera associé à ce projet. D'autres partenaires désireux de partager l'investissement et l'approvisionnement électrique seront invités à y participer».

Début du chantier en 2012

L'Elysée précise qu'EDF «déposera dans les prochaines semaines un dossier sur ce grand projet à la commission nationale du débat public, en vue de commencer la construction en 2012 et de raccorder la centrale au réseau en 2017».

Enfin, «dans la perspective du développement ultérieur de la filière, l'Etat reconnaît la volonté de GDF SUEZ d'assumer la maîtrise d'ouvrage et l'exploitation de l'EPR suivant», c'est-à-dire le troisième du genre.

Depuis des mois, EDF et GDF Suez bataillaient pour remporter le chantier annoncé jeudi.

EDF réalise actuellement le premier EPR, commencé en décembre 2007 et dont le coût va atteindre 4 milliards d'euros, contre 3,3 milliards prévus initialement. Il doit entrer en service en 2012 et sera
exploité par EDF et l'italien Enel.

«Sortir du nucléaire» en colère

Les EPR sont issus d'une technologie franco-allemande développée par Areva. Ils doivent prendre le relais des 58 réacteurs nucléaires français actuels, tous exploités par EDF.

Le réseau «Sortir du nucléaire», qui fédère 840 associations, a estimé jeudi qu'un nouvel EPR «détournera la France de son engagement de 20% de sources d'énergie renouvelables en 2020» et indiqué vouloir attaquer en justice les autorisations de construction de l'EPR à Penly.






























Avec agence