Besson veut «tarir» le flux de migrants

IMMIGRATION En visite à Calais, le ministre a promis qu'il reviendrait avant le 1er mai avec des solutions...

MD avec agence

— 

Alors que des informations de presse ont évoqué son possible abandon, Eric Besson a déclaré que le plan expliquerait "selon quels critères et quelles méthodes attribuer" les fréquences disponibles "pour faire de la téléphonie de troisième génération".
Alors que des informations de presse ont évoqué son possible abandon, Eric Besson a déclaré que le plan expliquerait "selon quels critères et quelles méthodes attribuer" les fréquences disponibles "pour faire de la téléphonie de troisième génération". — Stephane Danna AFP

«Je vous le dis tout net, Sangatte n'a pas été fermé pour rouvrir même sous une forme édulcorée», a déclaré Eric Besson à Calais devant des acteurs locaux dont la maire UMP de Calais Natacha Bouchart et la presse. Le ministre de l'Immigration Eric Besson a promis mardi de «rendre étanche» la zone de Calais où affluent des centaines de migrants illégaux en quête d'un eldorado en Grande-Bretagne et s'est engagé à apporter des solutions concrètes avant le 1er mai.
 
Situation «intenable» pour la maire de Calais

Le centre de Sangatte qui, depuis 1999, accueillait les migrants illégaux en quête d'un eldorado britannique, a été fermé en décembre 2002. L'insécurité dans la région avait rendu «indispensable» sa fermeture, a déclaré Eric Besson rappelant qu'en 2002 il y avait eu 20 rixes et 17 clandestins décédés. «La situation s'est certes améliorée après la fermeture, a ajouté Eric Besson mais insuffisamment... Le flux des migrants s'est réduit mais, tant qu'il n'est pas tari, les passeurs réussissent toujours à convaincre les migrants de tenter leur chance en Angleterre», a-t-il ajouté.
 
>> A lire également: L'interview de la maire de Calais

La maire de Calais avait fait valoir dans la matinée au ministre que la situation était «intenable» pour sa ville qui, avec 75.000 habitants, compte 6.000 Rmistes et 14% de chômeurs. Natacha Bouchar et le ministre se sont accordés pour reconnaître que l'ampleur du problème «dépassait Calais et devait être traitée au niveau national et même international.»
 
Besson dans la jungle de Calais

Selon le collectif «C'Sur» une des associations d'aide aux migrants, il y aurait en ce moment entre 6 à 700 clandestins à Calais et entre 1.400 et 1.500 sur l'ensemble du Calaisis. En moyenne, entre 30 à 80 migrants réussiraient, chaque semaine, à franchir les contrôles et à passer en Angleterre. Eric Besson, pour sa première visite de ministre de l'Immigration en dehors de Paris, a visité le port de Calais et les installations de contrôle d'accès aux navires, ainsi que les quais d'embarquement d'Eurotunnel. Il a aussi tenu à se rendre, en très petit comité, dans la «jungle», cette vaste zone sablonneuse à proximité du port où trouvent refuge les clandestins.
 
Devant la presse, Eric Besson a déclaré vouloir «travailler avec les Britanniques» sur la résolution du problème et devrait rencontrer son homologue à Londres le 8 février. Il a longuement insisté sur son désir de «mettre à bas les réseaux de passeurs qui exploitent la misère humaine.» «Nous sommes en train d'étudier des solutions techniques pour rendre la zone étanche. Je reviendrai avant le 1er mai pour exposer des solutions», a promis le ministre.
 
Il a aussi discuté avec les associations et les a assurées qu'«aucun centre en dur» ne serait créé. «On va néanmoins essayer de voir ce qui peut être fait pour améliorer la situation humaine, sans rien faire qui puisse laisser penser qu'on va recréer un centre», a-t-il dit. Invité cinq fois par les associations, Brice Hortefeux, le prédécesseur d'Eric Besson, ne s'était jamais rendu à Calais.