Darcos annonce le recrutement de 5.000 agents pour lutter contre l'absentéisme à l'école

EDUCATION Le ministre explique comment il compte lutter contre ce «fléau»...

J.M. avec agence
— 
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, annonce dans une interview au Figaro à paraître jeudi qu'il va recruter 5.000 agents, en emplois aidés dans le cadre du plan de relance, pour prévenir les familles de l'absence de leurs enfants.
Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, annonce dans une interview au Figaro à paraître jeudi qu'il va recruter 5.000 agents, en emplois aidés dans le cadre du plan de relance, pour prévenir les familles de l'absence de leurs enfants. — Gerard Cerles AFP/Archives

Xavier Darcos veut faire de l'absentéisme «une grande cause de l'Education nationale». Le ministre a annoncé ce jeudi dans une interview au «Figaro» qu'il va recruter 5.000 agents, en emplois aidés dans le cadre du plan de relance, pour prévenir les familles de l'absence de leurs enfants.

Pour le ministre, «de plus en plus d'élèves sont absents de manière régulière. Or, tout est lié.» Xavier Darcos explique en effet que «l'absentéisme mène au décrochage, qui conduit à l'échec scolaire, lequel mine l'insertion professionnelle et sociale des jeunes».

Des «médiateurs de la réussite scolaire»

Actuellement, les solutions proposées «ne fonctionnent pas», poursuit le ministre. Il estime en effet que prévenir rapidement les parents «via des SMS ou des appels téléphoniques» ne suffit pas. Aussi il a décidé, «avec Fadela Amara» de recruter «5.000 "médiateurs de la réussite scolaire", qui feront l'interface entre l'école et les parents».

Selon lui il s'agira d'«emplois aidés dans le cadre du plan de relance» qui concerneront des «personnes qui connaissent les quartiers, les familles, mais qui relèveront de l'Éducation nationale». Ils seront «opérationnels dès le mois de mars pour remplir leur mission».

Aller à la rencontre des absents

Cette mission, le ministre en a dessiné les contours ce jeudi, à l'occasion d'une conférence de presse sur son programme d'action pour 2009. Les «médiateurs» seront amenés à sortir des établissements pour aller à la rencontre des élèves absents. Ils pourront ainsi se rendre à leur domicile, instaurer le dialogue avec pour objectif de les ramener vers l'école, par leurs actions répétées.

Ces contrats de 26 heures par semaine seront d'une durée de deux ans renouvelables, sans condition de diplôme, rémunérés «au moins le smic». Les médiateurs «seront vraisemblablement par groupe de 3, 4, 5 par établissement», selon l'entourage du ministre.

Xavier Darcos précise qu'«ont été ciblés 215 quartiers en difficulté dans lesquels le médiateur aura aussi une fonction d'insertion. C'est important, car, géographiquement, les écoles, collèges et lycées de l'éducation prioritaire sont plus touchés que les autres». Par ailleurs, les 100 établissements les plus en difficultés ont été ciblés, avec pour objectif d'y diminuer de 30% l'absentéisme sur un an.

>> L'appel solennel de Xavier Darcos aux syndicats, c'est par ici.

De façon plus globale, l'objectif est de faire chuter de 10% le nombre de «décrocheurs». Ces derniers ne sont pas encore considérés comme des absentéistes, mais sont en passe de le devenir.

Plateforme téléphonique et académie en ligne

Par ailleurs, s'agissant de l'orientation scolaire, le ministre annonce que «dès la rentrée prochaine, les élèves et leurs parents pourront recevoir des conseils et des informations par le biais d'une plate-forme téléphonique accessible tous les jours jusqu'à 20 heures, doublée d'un service de réponses par Internet».

Le dispositif, placé «sous l'égide de l'Onisep (...) associera des conseillers d'orientation, psychologues, mais également des acteurs économiques», explique-t-il. Dans le même temps, les rendez-vous «en tête-à-tête» seront développés et, dès le mois de juin, une «académie en ligne» proposera de consulter sur le Web «tous les programmes du CP à la terminale».

L'absentéisme en 2007
Les chiffres du ministère de l'Education nationale
2,4% dans les collèges
4,6% dans les lycées
10,9% dans les lycées professionnels